Utilisation des instruments ultrasonores : réduire les risques de l’aérocontamination

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°23 - 10 juin 2020 (page 14-18)

2a. Insert standard puissance moyenne (15) ; le nuage est large dès le premier ventre.

Information dentaire

En cette période où l’aérosol provoqué par nos équipements (turbines, ultrasons, aéropolisseurs) serait coupable de transmission de virus, bactéries et éléments sanguins, un point détaillé est fait sur les recommandations quant à l’utilisation des instruments ultrasonores. Il est, en effet, recommandé d’éviter de les utiliser dans les protocoles de traitements de patients porteurs du Covid-19 alors que leur utilisation appropriée pourrait ne pas présenter plus de risques que les autres soins.

Par son action dans un milieu septique, le détartrage ultrasonique s’accompagne de gouttelettes très chargées en microbes, à la différence de l’aérosol, moins chargé, produit par les soins sous digue. Lors d’un détartrage ou d’un débridement parodontal, il est impossible d’isoler les dents du patient du milieu salivaire. C’est la raison pour laquelle les ultrasons et les aéropolisseurs ont été considérés comme les plus grands producteurs d’aérosols microbiens [1].

Les gouttelettes produites par l’aérosol peuvent non seulement entrer dans les voies orales et respiratoires du patient et du personnel soignant, mais également rester en suspension et se déposer au fil des heures sur le matériel et les surfaces environnantes [1].

Les modes de contamination des maladies virales respiratoires sont classés en différentes catégories suivant la taille de ces gouttelettes [2] :

– les grosses gouttelettes peuvent être directement projetées sur une personne à moins d’un mètre ;

– ces mêmes gouttes peuvent tomber sur une surface et la contaminer. Le simple fait de toucher et porter les mains au visage présente un grand risque d’être contaminé ;

– les gouttelettes de très petite taille sont susceptibles d’être aéroportées et de se propager sur des distances bien supérieures à 1 m et de produire ainsi un aérosol contaminant pour celui qui le respire. En effet, plus la goutte est petite, plus elle tombe doucement, parfois à vitesse quasi nulle. Ces microparticules peuvent, par évaporation d’eau, diminuer en taille, ce qui leur permet de se maintenir en suspension. Ainsi, un éternuement peut envoyer des gouttelettes jusqu’à 6 mètres de distance. Un éternuement et une turbine produiraient un aérosol de puissance comparable [3].

Les aérosols produits par les traitements dentaires

De façon générale, les aérosols produits par les traitements dentaires proviennent de deux sources : les liquides biologiques du…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Les tests de l’autoclave

On distingue les tests de fonctionnement, comme les tests Bowie-Dick et Hélix, qui valident le bon fonctionnement du stérilisateur à...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Les brossettes interdentaires : Pour qui ? Quand ? Comment ?

Recommandations du Collège National des Chirurgiens-Dentistes Universitaires en Santé Publique  Contexte Parmi les pathologies orales, la carie et la maladie parodontale...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés La qualité microbiologique de l’eau des units dentaires

Vrai/Faux L’alimentation de l’unit dentaire par de l’eau du réseau sans mesure particulière de traitement est sans risque. Un traitement...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Désinfection à l’acide hypochloreux : le nouveau gold standard ?

Terminologie française : acide hypochloreux, acide chlorique, hydroxidochlorine, chloranol, hydroxyde de chlore, hypochlorite d’hydrogène, eau électrolysée, eau oxydante électrolysée Terminologie anglaise :...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Poser la digue : un geste barrière, une pratique sûre et confortable

La digue : une barrière au virus La transmission du SARS-CoV-2 d’un individu à l’autre peut se faire de manière...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Création de gabarits de sachets thermosoudés pour la stérilisation

Pour pouvoir définir la taille de gaine de stérilisation et sa longueur, afin qu’elle soit adaptée aux instruments, j’ai mesuré...