Zircone(s) – Partie 2 – Restaurations émaillées ou monolithiques ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°2 - 30 octobre 2019 (page 10-21)
Information dentaire
Dernière née des céramiques dentaires destinées à faire du tout céramique et super championne de la résistance mécanique, la zircone, ou plutôt devrait-on dire les zircones, sont apparues sur le marché de la prothèse dentaire au début des années 2000, dix ans après l’alumine et vingt ans après les premières vitrocéramiques renforcées (Empress, Ivoclar Vivadent) et les céramiques infiltrées (In Ceram, Vitazahnfabrik). Des prothèses émaillées aux restaurations monolithiques en zircone haute translucidité, que penser des différents matériaux commercialisés depuis déjà plus de quinze ans ?
Que penser de cette céramique que les fabricants ont baptisé « le métal blanc », car la zircone pourrait selon eux satisfaire la majorité des indications, de l’inlay au bridge de 14 éléments ? Qu’en dit la littérature ? Quelles sont les indications mais aussi les limites des matériaux zircone ? Telles sont les questions que nous avons commencé à aborder dans la partie 1 de cet article consacré à des céramiques pas comme les autres, et que nous continuons d’explorer dans la partie 2.

La quête de la résistance et de la translucidité

Dans la première partie de cet article [1], nous avons dressé le cahier des charges du biomatériau idéal et avons découvert les propriétés originales des zircones de première génération, celles qui sont stabilisées à l’oxyde d’yttrium à raison de 3 % molaire (3-YTZP), particulièrement leur potentiel de transformation cristalline et la grande résistance aux fissures qui en découle. Nous avons également passé en revue leurs avantages en termes de biocompatibilité et les applications en prothèse implantaire, notamment dans le cadre de la mise en charge immédiate à l’aide des nouvelles technologies numériques. En revanche, nous avons mis en lumière l’inconvénient de la microstructure des céramiques polycristallines en termes de collage par rapport aux vitrocéramiques.

Dans cette deuxième partie, nous abordons la problématique de l’écaillage (ou « chipping ») de la céramique cosmétique émaillée sur la zircone, les solutions pour y remédier, et nous nous intéressons aux prothèses monolithiques réalisées en zircones de deuxième et de troisième générations développées dans cet objectif. Que penser de ces restaurations monoblocs en zircone dite « haute translucidité » ? Nous verrons que tout est affaire de compromis entre la résistance et la translucidité, et que cette quête de résistance nous éloigne vraisemblablement un peu de l’idéal du biomatériau biomimétique, avec de potentielles conséquences négatives chez certains types de patients à haut risque, comme les patients bruxeurs…

La fracture de la céramique d’émaillage : est-ce toujours un problème critique ?

L’une des premières causes d’échec des restaurations tout céramique est la fracture de l’infrastructure et/ou de la céramique d’émaillage [2, 3]. Contrairement aux autres types de restaurations tout céramique, les fractures des restaurations en zircone concernent essentiellement la céramique d’émaillage…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Adhésif à base de protéines de moule  : Fonctionnement, application et perspectives en chirurgie dentaire

Le monde du vivant possède plus de quatre milliards d’années d’expérience dans la résolution de problèmes, par nécessité et pour...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Le Polyétheréthercétone ou PEEK : matériau de demain en odontologie ? #1

Le polyétheréthercétone (en anglais Polyetherether­ketone) ou PEEK est un poly(oxy-1,4-phénylène-oxy-1,4-phénylènecarbonyl-1,4-phénylène). Cette dénomination rébarbative correspond tout simplement à un polymère aromatique...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Les antibiotiques en odontologie, bon usage et antibiorésistance… En toute simplicité

Spécialiste qualifiée en chirurgie orale, Julie Guillet est MCU-PH à la faculté d’odontologie de Nancy, responsable du département de chirurgie...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Analyse par éléments finis : point méthodologique

La Méthode des éléments finis (MEF) est une méthode numérique permettant d’approcher la solution d’un problème d’ingénierie complexe (en général...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Les verres bioactifs : des propriétés aux applications cliniques en dentisterie restauratrice et en endodontie

Les verres bioactifs (Bioactive glasses, BAG), comme leur nom l’indique, font partie des matériaux dits « bioactifs ». Depuis leur découverte en...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Le nano-assemblage, parce qu’une image vaut mille mots…

Cette rubrique se propose de présenter à chaque numéro un schéma, un graphique, une vue microscopique… pour expliquer certains comportements des...