L'Information Dentaire n°11 - 18 mars 2020

9,00

UGS : ID A02011 Catégorie :
Feuilleter les premières pages

Description

Éditorial
Protéger – Lire ci-dessous
Michel Bartala

Apparté
COVID-19 : les fausses informations courent aussi vite que le virus
Gilles Pialoux

Actualités

Revue de presse

Parodontite et prévalence du HPV I Lire
Société Française de Chirurgie Oral

Philippe Léonard

Actualité hebdo
Nicolas Fontenelle

L’essai – Grandio blocs
Les nouveautés

Se former

Traumatologie

Les résorptions radiculaires externes post-traumatiques. À propos d’un cas clinique I Lire
Rachida Mayou, Mouna Jabri

Diagnostic différentiel

Blanc ou noir sur le palais du nourrisson ? I Lire
Jean-Christophe Fricain, Jacky Samson

Parodontologie

Nouvelle classification… & santé parodontale I Lire
Sébastien Melloul, Alexandra Boyer, Cathy Dumas, Angéline Antezack, Virginie Monnet-Corti

Éthique

Quelle utilisation des réseaux sociaux ?
Philippe Pirnay

Histoire

Quarantaines : de la peste et du choléra au coronavirus Covid-19
Guy Dutau


Éditorial

Protéger !

En ce moment, le mot « coronavirus » est totalement viral, dans toutes les formes d’information possibles. Tout a été dit, du vrai et du faux entraînant parfois une certaine forme de confusion, voire de doute chez une partie de la population française. Certains, pensant que l’on en faisait trop, allant jusqu’à avancer une stratégie politicienne de détournement d’attention. D’autres réclamant des précautions drastiques telles celles prises par le gouvernement chinois, isolant rapidement une population presque aussi importante que celle de la France.

Plus récemment, l’Italie a décidé d’instaurer une politique aussi rigoureuse de protection de l’ensemble du pays. Dans ces situations, la place des décideurs et des responsables n’est pas enviable. Mais, finalement, nous sommes tous un peu, voire totalement responsables dans ce type de situation. Bien entendu, les mesures de confinement et de moindre déplacement limitant au maximum les contacts peuvent apparaître dans un premier temps disproportionnées. J’ai pensé, comme beaucoup, que nous pouvions continuer à vivre comme lors d’une épidémie de grippe, en espérant passer entre les gouttes.

Aujourd’hui, au moment où j’écris ces lignes (le 10 mars 2020), je pense m’être trompé et avoir sous-estimé l’ampleur du problème, par méconnaissance ou par défaut de renseignements pris aux bonnes sources. Sans céder à la panique, il me semble que nous devons adopter une attitude responsable, d’autant plus dans notre position de professionnel de santé, qui induit la notion d’exemple. Envisager l’annulation de congrès ou de sessions de formation continue n’est jamais agréable, car source de mécontentement des ignorants et d’éventuelle perte financière.

Cependant, nous devons participer activement au ralentissement de la propagation de ce coronavirus 2019 (Covid-2019). En effet, le SARS-Cov-2 qui nous touche actuellement a un potentiel de transmission bien supérieur à celui de la grippe. Nos dirigeants ont proposé un chiffre de 1 000 personnes comme valeur limite des rassemblements. Mais au vu de la vitesse de propagation de ce virus, ne serait-il pas plus sage de réduire au maximum tout type de réunion ? En effet, s’il est sensible aux désinfectants comme l’eau de javel à 0,5 %, sa survie sans désinfection peut aller jusqu’à neuf jours sur les surfaces contaminées. Beaucoup de sujets contaminés sont des porteurs asymptomatiques, mais sources potentielles de transmission à des populations plus fragiles chez qui les conséquences peuvent être fatales. Dans notre profession, du fait de la transmission dans les gouttelettes respiratoires, notre exposition est maximale. Les masques classiques chirurgicaux n’ont que peu d’efficacité et seuls ceux classés FFP2 ou FFP3 apportent une protection pour une durée de deux à trois heures. Nous devons avoir un rôle actif dans le ralentissement de la propagation de ce virus par notre comportement responsable de professionnel de santé. Nos dirigeants doivent aussi faire le maximum pour nous permettre de poursuivre l’activité de soins dans une situation de sécurité. Protégez-vous pour tous nous protéger.

Michel Bartala
Rédacteur en chef