Nouvelle classification… et santé parodontale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°11 - 18 mars 2020
Information dentaire
Une nouvelle classification des maladies parodontales et péri-implantaires a été publiée l’an passé [1], remplaçant celle d’Armitage, datant de 1999 [2]. Le but de cette rubrique est de partager avec vous, sur un rythme trimestriel, les différentes situations cliniques qui pourront être classées selon ces nouvelles modalités. Nous commencerons par la santé parodontale.

Qu’est-ce que la santé parodontale selon Chicago 2017 ?

Cette nouvelle classification introduit pour la première fois la notion de santé parodontale et en donne une définition. Elle se caractérise par l’absence d’inflammation ou un niveau faible d’inflammation d’un parodonte intact ou réduit [3]. La distinction entre santé et maladies parodontales doit être effectuée lors de chaque visite « de routine », pour tous les patients.

Les outils à notre disposition

Seule la sonde parodontale est indispensable !
Encore mieux, une sonde parodontale à pression constante.

Notions abordées

  • Indice de saignement au sondage (BOP) [5] :

(Nombre de sites avec saignement/Nombre de sites évalués) * 100 = % de saignement

  • La perte d’attache clinique (CAL) :

CAL = profondeur de sondage + hauteur de récession

Utilisation de ces notions

  • Les signes que nous recherchons seront des signes cliniques et non radiographiques.
    • Le saignement au sondage (Bleeding On Probing, BOP) est un indice gingival dichotomique. On note 0 pour l’absence de saignement au sondage, et 1 en présence de saignement au sondage. Il est exprimé en pourcentage.
  • On enregistre 4 sites par dent (mésio-vestibulaire, disto‑vestibulaire, mésio-palatin et disto-palatin).
  • Lorsque le BOP est inférieur à 10 %, on observe la santé gingivale sur un parodonte intact (fig. 1) ou sur un parodonte réduit avec ou sans antécédent de maladie parodontale (fig. 2 et 3).
  • Un BOP supérieur à 10 %, fera l’objet de la prochaine rubrique.
    • La perte d’attache clinique (Clinical Attachment Loss, CAL), qui est l’addition de la profondeur de sondage et de la hauteur de récession, est le marqueur principal de la parodontite.
  • Le CAL permettra de faire la distinction entre les 3 cas de santé parodontale : le parodonte sain intact, le parodonte sain réduit avec antécédent de parodontite traitée avec succès et le parodonte…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Hypoesthésie postopératoire, histoire d’une complication d’une chirurgie plastique parodontale

Cas clinique ► Il était une fois une amie, médecin, qui présentait des récessions gingivales de 34 à 36. La...
Implantologie chirurgicale Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite

Résumé Objectif Identifier précocement les patients et les sites à risque de péri-implantite est crucial pour prévenir au plus tôt...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques adjuvantes et innovantes dans le traitement parodontal non chirurgical

La maladie parodontale est considérée comme la sixième maladie inflammatoire chronique la plus répandue chez l’Homme. La parodontite résulte d’un...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Porphyromonas gingivalis

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique des récessions gingivales sévères dans le secteur antérieur mandibulaire

La récession gingivale se définit comme « la migration en direction apicale de la gencive marginale par rapport à la jonction...