Adhésifs et contamination salivaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

La composition des adhésifs moderne est fondée sur une double fonction. D’un côté, l’adhésif se lie au composite par copolymérisation des liaisons doubles résiduelles (-C=C-) dans la couche inhibée par l’oxygène et, de l’autre, il adhère à l’émail ou à la dentine par liaison essentiellement micromécanique. Cela est atteint par un échange entre le matériau dentaire inorganique qui se trouve remplacé par le monomère qui, par ses digitations, forme verrouillage après polymérisation. De nombreux facteurs contaminants sont susceptibles de perturber ce processus. Une surface conditionnée à l’acide absorbe très facilement la salive et ses divers constituants, ce qui réduit l’énergie de surface et par conséquent la qualité de la liaison.
Cette revue de synthèse porte sur l’influence de la contamination salivaire sur la qualité de la liaison de différentes générations d’adhésifs en dentisterie. Cinquante-quatre articles ont été sélectionnés sur une présélection de plus de six mille.
 
Les résultats montrent que la contamination salivaire entraîne des conséquences néfastes sur la qualité de la liaison pour 64 % des adhésifs testés, qu’elle se produise à un ou plusieurs stades de la procédure. La variété des protocoles observés dans les différentes études rend difficiles les comparaisons, mais il ressort néanmoins que les adhésifs « mordançage + rinçage » semblent relativement moins vulnérables que les « auto-mordançants ». Dans 65 % des études portant sur des procédures de décontamination, l’effet en était positif. La grande variabilité des procédures et des durées selon les différentes études ne permet pas de définir un protocole standard. La plupart des études portent sur des effets immédiats. Des études seraient nécessaires pour évaluer les détériorations à long terme.
 
En conclusion, cette revue de synthèse, très complète, ne fait que confirmer les effets nocifs de la contamination salivaire sur la qualité du joint adhésif. Cependant, elle souligne l’intérêt des procédures de décontamination en cas de problème ainsi que la plus grande tolérance des adhésifs « mordançage plus rinçage », qu’ils soient en deux ou trois étapes.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...