Amputation radiculaire, séparation de racine ou implantologie

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°13 - 31 mars 2021
Information dentaire
Article analysé : Schmitz JH, Granata S, Magheri P, Noè G. Single crowns on tooth root-resected molars : A retrospective multicentric study. J Prosthet Dent 2020 ; 124 (5) : 547-53.

vant l’avènement de l’implantologie, les praticiens étaient contraints d’envisager toutes les solutions possibles pour trouver et aménager des supports dentaires capables de recevoir des prothèses dont les conceptions rivalisaient d’ingéniosité pour répondre aux situations cliniques les plus complexes. C’est ce que l’on a appelé l’hérothérapie. C’est ainsi que pour conserver des molaires partiellement altérées ou compromises, la chirurgie dentaire résectrice (incluant amputations radiculaires et séparation de racines) s’est développée, il y a plus de cent ans. L’apparition de l’implantologie et ses taux de succès publiés très encourageants ont bouleversé tout cela en permettant des traitements réputés plus simples et plus sécurisés… Puis nous avons découvert la péri-implantite, ses conséquences biologiques et prothétiques pas si simples à gérer, et qui nous invitent à un autre regard, peut-être plus distant, sur les solutions implanto-­prothétiques.

Les auteurs de l’article rapporté s’appuient sur l’idée réémergente que les dents naturelles devraient, à chaque fois que possible, être préférées aux implants en nous proposant les résultats d’une étude clinique rétrospective visant à évaluer la performance des amputations radiculaires sur molaires porteuses d’une restauration unitaire, en alternative à l’implantologie. La réflexion, qu’ils partagent avec de nombreux auteurs cités, est que, sur le long terme, les implants ne semblent pas présenter un taux de succès supérieur aux dents naturelles restaurées. Ils précisent que le taux de survie implantaire est plus faible dans les régions postérieures qu’antérieures et qu’il est encore plus faible quand des mesures d’aménagement tissulaire préalables sont requises.

Dans leur étude, les auteurs ont évalué les résultats cliniques de 86 restaurations corono-périphériques unitaires sur molaires ayant subi au moins…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...