Analgésiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

En pratique médico-dentaire, les analgésiques les plus couramment prescrits sont les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que le diclofénac (Voltaren), l’ibuprofène (Advil), le naproxène (Apranax) ou l’acide méfénamique (Ponstyl). Le profil bénéfice/risque des AINS a été étudié dans une méta-analyse (Bhala et coll. 2013). Le critère d’évaluation primaire était constitué par le taux d’événements vasculaires majeurs (infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux et décès) et le taux d’hémorragies gastro-intestinales (GI) sous traitement par AINS. La synthèse des résultats indique que :

– l’efficacité du diclofénac est élevée, mais le risque d’infarctus augmenté de 70 %, d’accident vasculaire cérébral (AVC) de 78 % et d’hémorragie gastro-intestinale doublé ;

– pour l’ibuprofène, le risque d’infarctus est augmenté de 122 %, d’AVC de 133 % et d’hémorragie quadruplé ;

– le naproxène n’augmente pas les risques cardiovasculaires, sa durée d’action est longue (12 à 15 heures) et le risque d‘hémorragie quadruplé ;

– l’acide méfénamique a la moins bonne efficacité, qui se manifeste lentement (2 à 4 heures) et dure peu.

Selon les données de la littérature, la prise d’un inhibiteur de la pompe à protons (IPP) normalise ou réduit le risque d’hémorragie digestive sous traitement par AINS.

Les auteurs en concluent que, en raison de son profil de risque cardio- et cérébro-vasculaire très favorable et sa longue demi-vie d’élimination, le naproxène (500 mg toutes les 12 heures) est recommandé pour le traitement analgésique de base en pratique médico-dentaire, en association avec un IPP. Lorsque la douleur n’est pas suffisamment contrôlée, il est possible d’administrer en plus jusqu’à 1 g de paracétamol toutes les 6 heures. Le mécanisme d’action du paracétamol est différent de celui des AINS et les potentialise, et a dans l’ensemble un très bon profil bénéfice risque.


Note : les auteurs signalent la disponibilité en Suisse d’une spécialité (Vimovo) associant 500 mg de naproxène à 20 mg d’ésoméprozole, non disponible semble-t-il en France.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...