Analyse des gènes candidats aux variations squelettiques dans les différentes malocclusions

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°4 - 15 septembre 2015
Information dentaire
Forte association génotype-phénotype retrouvée pour les dysmorphoses sagittales et la longueur mandibulaire.

Différentes études se sont intéressées à l’origine génétique des dysmorphoses squelettiques, cependant il s’agissait principalement de travaux portant sur la classe III squelettique chez des populations asiatiques. Le but de cette étude était d’évaluer les associations génétiques entre les gènes candidats aux dysmorphoses cranio-faciales et les variations squelettiques chez les patients présentant une malocclusion. L’analyse clinique et des téléradiographies de profil a permis de mettre en évidence 4 phénotypes (PC) de malocclusions : PC1 (32,7 % des variations) correspond aux dysmorphoses verticales, PC2 (21,7 % des variations) aux dysmorphoses horizontales, PC3 (8,2 % des variations) aux modifications de forme (largeur du ramus, du corps mandibulaire, angulation de la base du crâne) et PC4 (6,6 % des variations) à l’angulation du condyle et la projection du menton. Les tests génétiques ont été effectués à partir de prélèvements salivaires et 71 gènes/loci associés aux malformations cranio-faciales ont été confrontés aux variations phénotypiques. Les plus fortes associations entre variations génétiques et phénotypiques ont été retrouvées pour les PC2 et PC3. Il est possible que les phénotypes représentés dans PC1 et PC4 soient plus complexes dans leur étiologie génétique que ceux représentés en PC2 et PC3 et sont associés à un plus grand nombre de variantes génétiques, chacune avec un plus petit effet. Les principaux résultats indiquent que le gène « SNAI3 » est associé à la variation sagittale (profils fortement concaves à convexes), tandis que le gène « TWIST1 » est associé à la longueur mandibulaire. Ces résultats ont été retrouvés chez des modèles de souris KO pour ces gènes. Cette étude innovante ouvre des pistes de recherche et de thérapeutiques génétiques des dysmorphoses squelettiques.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...