Anesthésie intraligamentaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire
Selon la littérature, la réussite d’un bloc nerveux du nerf alvéolaire inférieur est comprise entre 36 % et 100 %, selon la technique utilisée. La pénétration dans un vaisseau peut entraîner un hématome ou des événements cardio-vasculaires. L’anesthésie intra-ligamentaire représente à cet égard une alternative simple et puissante. Elle permet d’anesthésier sélectivement une dent pendant une courte durée avec un risque nettement moindre d’effets secondaires.
On injecte dans l’espace desmodontal environ 0,2 ml par racine d’un anesthésique local usuel, de préférence avec adrénaline, avec une aiguille de calibre 30 G. La substance diffuse dans l’espace desmodontal jusqu’à l’apex et atteint ainsi les fibres nerveuses entrant dans la pulpe. L’excès de pression peut provoquer des nécroses ou des lésions du parodonte, aussi les auteurs conseillent un système assisté par ordinateur avec affichage de la pression dans les tissus. Lorsque l’administration est effectuée correctement, les études à long terme n’ont montré aucun effet négatif sur le parodonte.
Le taux de succès de ce type d’anesthésie varie de 70 à 100 % et est d’effet immédiat. Il est limité à la dent et n’atteint pas les tissus mous.

En conclusion, l’anesthésie intra-ligamentaire représente une alternative sûre et efficace aux systèmes classiques d’anesthésie. Elle est confortable tant pour le patient que pour le praticien et les risques d’effets secondaires sont inexistants. Elle devrait être plus souvent utilisée en priorité.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...