Antibiotiques : les pouvoirs publics appellent à poursuivre la baisse de consommation « inédite » constatée en 2020

  • Publié le .
Information dentaire

A l’occasion de la journée européenne d’information sur les antibiotiques du 18 novembre, les acteurs publics (gouvernement, ministère de la santé, Santé publique France, Ansm, etc.) appellent à « poursuivre les efforts » réalisés en 2020 « individuellement et collectivement ».

Car la pandémie de Covid-19 a eu un impact très positif sur la consommation d’antibiotiques en France. Les confinements et les gestes barrières (hygiène des mains, distanciation, etc.) ont modifié nos comportements entraînant une baisse des consultations médicales et des prescriptions d’antibiotiques.

La baisse de consommation est très significative en ville où sont délivrés 92 % des antibiotiques. « En 2020, 44,4 millions de prescriptions ont été dispensées en ville. Elles ont chuté de 18 % par rapport à 2019, souligne Santé publique France (SPF). Cette réduction de la consommation d’antibiotiques jamais observée jusque-là concerne toutes les classes d’âge quel que soit le sexe. Elle est toutefois plus marquée chez les enfants de moins de 4 ans et l’est moins chez les personnes âgées de plus de 64 ans ».

En revanche, en établissements de santé, la consommation d’antibiotiques pour 1 000 journées d’hospitalisation (JH) a augmenté de 2,1 % en 2020, passant de 300 à 306 doses définies journalière (DDJ) pour 1 000 JH malgré la diminution d’activité des établissements de santé de 8 % du fait de la crise sanitaire. « L’augmentation de la consommation de certaines familles de molécules, telles que les macrolides (+ 35 %) ou les carbapénèmes (+17 %) pourrait être en lien avec la prise en charge de patients COVID-19 », indique SPF.

L’évolution de la résistance des bactéries aux antibiotiques est aussi plus contrastée. SPF note une stabilisation du nombre de cas de staphylocoques dorés résistants à la méticilline (de 18 en 2019 à 17 cas pour 100 000 JH en 2020) mais une augmentation du nombre de cas d’entérobactéries productrices de Béta-lactamase à spectre étendu BSLE (55 pour 100 000 JH en 2019 versus 58 en 2020) ou de carbapénémases (1,1 cas en 2019 et 1,3 cas en 2020 pour 100 000 JH).

Globalement, alerte SPF, « le niveau de consommation reste élevé et il est donc important de promouvoir le bon usage des antibiotiques afin d’éviter les prescriptions inutiles. Les prochaines années diront si ces pratiques de prévention instaurés en 2020 persistent au long cours dans la population. »

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Risques sanitaires des JO 2024 vus par l’infectiologue : tout est prévu, sauf l’imprévisible ?

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) du 26 juillet au 8 septembre 2024 en France, premiers jeux de l’ère post-Covid, provoquera...
Santé publique

Bonne tenue globale de la vaccination en 2023

L’adhésion et le recours à la vaccination sont en hausse en France, constate Santé publique France (SPF) à l’occasion de...
Santé publique

Journée mondiale sans tabac : « Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac »

« Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac », sera le thème de la « Journée mondiale sans tabac » du 31...
Santé publique

L’excès de sel européen

Chaque jour, les maladies cardiovasculaires tuent 10 000 personnes en Europe soit plus de 4 millions par an (42,5 % des...
Santé publique

Dengue : la recrudescence de cas importés inquiète

Dans un message adressé à tous les professionnels de santé le 23 avril, la Direction générale de la santé (DGS) alerte...
Santé publique

Cancer du sein : dépistage en baisse

« Les dernières données montrent un taux de participation au programme national du dépistage du cancer du sein qui reste faible...