Antibiotiques : les pouvoirs publics appellent à poursuivre la baisse de consommation « inédite » constatée en 2020

  • Publié le .
Information dentaire

A l’occasion de la journée européenne d’information sur les antibiotiques du 18 novembre, les acteurs publics (gouvernement, ministère de la santé, Santé publique France, Ansm, etc.) appellent à « poursuivre les efforts » réalisés en 2020 « individuellement et collectivement ».

Car la pandémie de Covid-19 a eu un impact très positif sur la consommation d’antibiotiques en France. Les confinements et les gestes barrières (hygiène des mains, distanciation, etc.) ont modifié nos comportements entraînant une baisse des consultations médicales et des prescriptions d’antibiotiques.

La baisse de consommation est très significative en ville où sont délivrés 92 % des antibiotiques. « En 2020, 44,4 millions de prescriptions ont été dispensées en ville. Elles ont chuté de 18 % par rapport à 2019, souligne Santé publique France (SPF). Cette réduction de la consommation d’antibiotiques jamais observée jusque-là concerne toutes les classes d’âge quel que soit le sexe. Elle est toutefois plus marquée chez les enfants de moins de 4 ans et l’est moins chez les personnes âgées de plus de 64 ans ».

En revanche, en établissements de santé, la consommation d’antibiotiques pour 1 000 journées d’hospitalisation (JH) a augmenté de 2,1 % en 2020, passant de 300 à 306 doses définies journalière (DDJ) pour 1 000 JH malgré la diminution d’activité des établissements de santé de 8 % du fait de la crise sanitaire. « L’augmentation de la consommation de certaines familles de molécules, telles que les macrolides (+ 35 %) ou les carbapénèmes (+17 %) pourrait être en lien avec la prise en charge de patients COVID-19 », indique SPF.

L’évolution de la résistance des bactéries aux antibiotiques est aussi plus contrastée. SPF note une stabilisation du nombre de cas de staphylocoques dorés résistants à la méticilline (de 18 en 2019 à 17 cas pour 100 000 JH en 2020) mais une augmentation du nombre de cas d’entérobactéries productrices de Béta-lactamase à spectre étendu BSLE (55 pour 100 000 JH en 2019 versus 58 en 2020) ou de carbapénémases (1,1 cas en 2019 et 1,3 cas en 2020 pour 100 000 JH).

Globalement, alerte SPF, « le niveau de consommation reste élevé et il est donc important de promouvoir le bon usage des antibiotiques afin d’éviter les prescriptions inutiles. Les prochaines années diront si ces pratiques de prévention instaurés en 2020 persistent au long cours dans la population. »

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Alcool : testez-vous avec l’alcoomètre

En plus d’une campagne de communication jusqu’au 28 novembre, l’Assurance maladie lance « l’alcoomètre », un site internet qui permet de renseigner sa consommation d’alcool,...
Santé publique

Protoxyde d’azote : les intoxications en forte hausse

L’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) alerte sur « très nette augmentation des cas d’intoxication » au protoxyde d’azote en 2020. Et...
Santé publique

Plus de 3,5 millions de diabétiques en France

En France en 2020, plus de 3,5 millions de personnes sont traitées par médicament pour un diabète, soit 5,3 % de la population, indique...
Santé publique

Le bruit au cabinet dentaire : enquête auprès des assistantes

Dans le cadre d’une thèse universitaire, l’Unité d’investigation clinique d’odontologie du CHU de Nantes et l’UFSBD lancent une enquête auprès des assistant(e)s dentaires...
Santé publique

Dénutrition : surveiller l’état bucco-dentaire, les capacités de mastication et de déglutition

Maladie silencieuse, la dénutrition concerne tous les âges et peut entraîner une diminution de l’immunité, un affaiblissement physique, une baisse...
Santé publique

Un nouveau véhicule pour le « Bus social dentaire »

Le « Bus social dentaire », vient de se doter d’un nouveau camion, annonce l’Ordre des chirurgiens-dentistes le 2 novembre. « Cette acquisition indispensable...