ASD publie une « lettre ouverte » au Président de la République

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Dans une lettre ouverte publiée le 29 avril dans le Journal du Dimanche, le think tank Agir pour la Santé Dentaire (ASD) interpelle le Président de la République sur le retard pris par la France en termes de prise de charge moderne de la santé bucco-dentaire des Français et plaide pour la mise en place d’une médecine dentaire non plus seulement curative mais « 4P » c’est-à-dire Préventive, Prédictive, Personnalisée, Participative. ASD insiste sur le fait que de nombreuses maladies graves pourraient être évitées ou contrôlées par des soins dentaires préventifs, et demande la mise en place d’une politique de prévention globale issue des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé OMS) : « Limiter l’apparition de nouvelles caries, éviter les extractions dentaires, prévenir les infections de la bouche, lutter contre l’apparition de cancers. »
 
Pour permettre une médecine prédictive, le think tank estime impératif de mener une enquête épidémiologique pour connaître les besoins de la population (la dernière date de 2006…) plutôt que de se fonder uniquement sur la comparaison des budgets d’année en année. « Une politique comptable n’a jamais fait une véritable politique de santé », écrivent les auteurs du texte. Pour eux également, une médecine dentaire personnalisée implique « de conserver le libre choix de son chirurgien-dentiste » et donc de ne pas mettre en danger cette liberté « par les lois Leroux, ANI, HPST et les réseaux financiers qui se disent réseaux de soins ». « Les Français sont 90 % à faire confiance à leur dentiste, d’après un sondage IFOP et leur sont fidèles », rappelle ASD. Enfin, pour envisager une médecine dentaire participative, « le patient doit devenir acteur de sa santé dentaire et comprendre que seul le respect d’une démarche préventive et incitative contribuera à améliorer nos performances économiques de santé et préservera le bien commun des Français : la Sécurité sociale.
 
Le respect d’une visite tous les ans chez son chirurgien-dentiste pourrait être récompensé par une meilleure prise en charge des soins à venir et aboutirait à un « reste à charge zéro » vertueux ». Et la lettre ouverte de rappeler l’exemple de l’Allemagne où, en vingt-cinq ans, le nombre de soins de caries a baissé de 40 % et le nombre d’extractions dentaires de 25 %. « Monsieur le Président, concluent les auteurs, si vous autorisez la délégation des soins de prévention aux assistants dentaires, vous permettrez de créer plus de 10000 emplois d’assistants dentaires spécialisés en prévention. Si vous favorisez les traitements dentaires modernes, c’est 10 000 emplois supplémentaires que vous verrez apparaître. Construisons ensemble la médecine dentaire 4P. »


Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Risques sanitaires des JO 2024 vus par l’infectiologue : tout est prévu, sauf l’imprévisible ?

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) du 26 juillet au 8 septembre 2024 en France, premiers jeux de l’ère post-Covid, provoquera...
Santé publique

Bonne tenue globale de la vaccination en 2023

L’adhésion et le recours à la vaccination sont en hausse en France, constate Santé publique France (SPF) à l’occasion de...
Santé publique

Journée mondiale sans tabac : « Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac »

« Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac », sera le thème de la « Journée mondiale sans tabac » du 31...
Santé publique

L’excès de sel européen

Chaque jour, les maladies cardiovasculaires tuent 10 000 personnes en Europe soit plus de 4 millions par an (42,5 % des...
Santé publique

Dengue : la recrudescence de cas importés inquiète

Dans un message adressé à tous les professionnels de santé le 23 avril, la Direction générale de la santé (DGS) alerte...
Santé publique

Cancer du sein : dépistage en baisse

« Les dernières données montrent un taux de participation au programme national du dépistage du cancer du sein qui reste faible...