Avantages de la coronectomie dans la chirurgie de la troisième molaire inférieure

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°27 - 10 juillet 2024 (page 8)
Information dentaire
Article analysé • Peixoto AO, Bachesk AB, Leal MOCD, Jodas CRP, Machado RA, Teixeira RG. Benefits of Coronectomy in Lower Third Molar Surgery: A Systematic Review and Meta-analysis. J Oral Maxillofac Surg 2024;82(1):73-92.

La principale complication observée lors de l’avulsion des dents de sagesse mandibulaires (DDS) est l’atteinte du nerf alvéolaire inférieur (NAI) et l’apparition de paresthésie/anesthésie de la zone labio-mentonière qui intervient dans 0,4 à 9 % des cas selon les études, du fait de la proximité entre l’apex de la dent de sagesse et le NAI. L’atteinte du nerf lingual peut aussi intervenir, de façon moins fréquente.

La coronectomie de la DDS a été proposée voici plusieurs années pour traiter les cas à risque de paresthésie : cette intervention consiste à éliminer la couronne, tout en laissant les racines de la dent, sans les luxer, à quelques millimètres sous le rebord osseux. Il n’est pas nécessaire de traiter la pulpe exposée.

La principale indication de cette technique est la situation où la proximité entre le NAI et l’apex de la DDS permet de prédire une lésion (compression, arrachement…) du nerf lors de l’extraction complète de la dent : le recours au CBCT permet de préciser cette indication. Les principales contre-indications sont les extractions de DDS cariées ou à pulpe non vitale, ou bien les cas où une distalisation de la 2e molaire est prévue par orthodontie.

Les complications des coronectomies sont semblables aux autres complications de l’extraction des DDS (douleur, infection, saignement, alvéolite…). À moyen terme, il arrive que la racine résiduelle migre en position crestale, ce qui facilite alors son extraction, sans risque pour le NAI.

Il apparaît que cette technique fait encore débat auprès des praticiens concernés. Ainsi, une revue systématique de littérature et méta-analyse récente a été conduite, avec pour objectif d’évaluer l’intérêt et les risques de la coronectomie des DDS en comparaison avec l’extraction complète de ces dents dans les cas à risque de lésion du NAI.
Elle a permis d’inclure 42 articles, dont 29 études de cohorte et 13 études cas-témoin. Les données de 3 905 patients ont été compilées, avec un âge moyen de 26 ans (groupe contrôle) ou 28 ans (groupe coronectomie). La majorité des patients n’avaient pas de problème de santé. Au sein de cette cohorte, la plupart des patients ont eu une coronectomie (2 983 patients = 76,4 %).

Les résultats ont montré que les principales complications postopératoires étaient la douleur (n = 406 ; 10,39 %), la migration de racine résiduelle (n = 312 ; 7,99 %), la nécessité d’une réintervention (n = 200 ; 5,12 %), l’extraction de la racine (n = 178 ; 4,55 %), l’infection (n = 143 ; 3,66 %), l’alvéolite (n = 46 ; 1,17 %), la perte de sensibilité du NAI (n = 39 ; 0,99 %), et la perte de sensibilité du nerf lingual (n = 5 ; 0,12 %).

L’analyse statistique a révélé que la coronectomie permettait de diminuer la fréquence de perte de sensibilité du NAI (OR : 0,14 ; P = 0,0001), de réduire la douleur postopératoire (OR : 0,97 ; P = 0,01) et l’incidence de l’alvéolite (OR : 0,38 ; P = 0,01) par rapport à l’extraction complète de la dent. Cependant, le risque de réintervention était plus élevé avec la coronectomie (OR : 5,38 ; P = 0,01). Il a été observé que la migration des racines laissées en place apparaissait dans 7,99 % des cas et que la distance de migration était de 2,83 mm (+/- 1,5 mm) sur la période d’observation moyenne de 17,3 mois.

Les auteurs n’ont pas trouvé de différence entre les deux techniques en ce qui concerne la perte de sensibilité du nerf lingual ou de l’infection postopératoire.

Commentaire

Les résultats de cette revue systématique ont montré que la coronectomie des DDS permettait de réduire l’atteinte du NAI dans les situations à risque, par rapport à l’extraction complète de la dent. La douleur et la fréquence des alvéolites étaient également diminuées ; en revanche, les réinterventions étaient plus fréquentes lorsqu’une coronectomie était pratiquée.

Ainsi, on peut retenir que la coronectomie est une technique intéressante pour limiter le risque d’atteinte du NAI, dans les cas où le risque de lésions est important du fait d’une proximité avec l’apex des DDS mandibulaires. La nécessité plus fréquente de réintervention doit être signalée au patient lors de la décision thérapeutique.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Diagnostics, plans de traitement et ChatGPT

Cet été, comme chaque été, les étudiants en dentaire ayant validé leur 5e année vont pouvoir assurer leur premier remplacement,...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Effets de l’exercice sur les patients souffrant d’apnée obstructive du sommeil : une revue systématique et méta-analyse

Introduction : L’activité physique et l’exercice sont depuis longtemps reconnus comme des déterminants clés de la santé et sont particulièrement utiles...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Effets de la malocclusion sur la capacité aérobique maximale et la performance athlétique chez les jeunes athlètes de haut niveau

Introduction : Les maladies bucco-dentaires peuvent avoir un impact direct sur la santé générale des athlètes et les empêcher d’atteindre leur...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Effets du port d’un appareil orthodontique fixe sur l’équilibre dynamique, le temps de réaction et la perception de la douleur chez les sportifs d’élite adolescents et jeunes adultes

Introduction : Des auteurs ont rapporté qu’un appareil orthodontique fixe pourrait perturber le système somatosensoriel et que l’occlusion dentaire avait une...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Confort et facilité d’utilisation des protège-dents sur mesure et des protège-dents thermoformables chez les joueurs de basket-ball : un essai clinique randomisé à bras parallèles

Introduction : Depuis un siècle, les protège-dents (PD) thermoplastiques constituent un moyen fiable de protection contre les im­pacts et les chocs....
Revue de presse

Sport, protections intra-buccales et commotions cérébrales

Cet été 2024 sera celui des grandes compétitions sportives avec, parmi les événements les plus emblématiques, l’Euro de football qui...