Cancer ou péri-implantite : un dilemme

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Le carcinome épidermoïde tient la sixième place des cancers les plus répandus et compte pour 90 % des affections buccales malignes. Si ce type de cancer est habituellement associé aux patients de plus de 60 ans alcoolo-tabagiques, il survient chez d’autres patients plus jeunes et en l’absence de ces facteurs.

Des néoplasmes primaires, secondaires ou récurrents ont été rapportés autour des implants, dont la plupart sont des carcinomes épidermoïdes. La relative rareté de cette affection ne permet pas d’établir un rôle carcinogène direct des implants. L’Agence internationale de recherche sur le cancer a placé le titane dans le groupe 3, donc classé comme non carcinogène.

Cliniquement, l’affection peut se présenter comme un érythème, une hypertrophie et/ou une ulcération des tissus mous, pouvant se confondre avec une péri-implantite. Le diagnostic risque donc d’être retardé. En cas de complication des tissus mous d’apparence bénigne, qui ne répond pas au traitement, la malignité devrait être suspectée, particulièrement chez les patients à risque, et un examen histo-pathologique des tissus devrait alors être effectué dès que possible.

En conclusion, l’accroissement rapide des traitements par implants de par le monde augmente la probabilité de découvrir des cancers autour des implants. La relative rareté de ces cancers par rapport au nombre d’implants placés montre qu’une relation de cause à effet ne peut être mise en avant. Cependant, un praticien prudent doit regarder avec suspicion une lésion chronique autour des implants qui ne guérit pas.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...