Caries, parodontites : le plaidoyer de l’EFP pour une stratégie de prévention mondiale

  • Publié le .
Information dentaire

Comment lutter efficacement contre les fléaux mondiaux que sont les caries et les maladies parodontale ? La Fédération européenne de Parodontie (EFP) propose quelques pistes de réflexion, déjà bien connues, dans un livre blanc publié le 13 février.

Quelques données d’abord, livrées dans ce document. Les maladies bucco-dentaires touchent environ 3,5 milliards de personnes dans le monde (2,5 milliards pour les caries et 1 milliard pour la parodontite sévère) principalement dans les pays en voie de développement et dans populations les plus défavorisées des pays développés

A titre de comparaison, les cinq maladies non transmissibles (MNT) les plus courantes, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, les cancers, les maladies cardio-respiratoires et les troubles mentaux, concernent « seulement » 2,5 milliards de personnes.

Les coûts de prévention et de soins des seules caries s’élèvent à 357 milliards de dollars par an, ce qui représente 4,9 % des dépenses mondiales de santé. Sans compter les pertes de productivité, estimés à 188 milliards de dollars par an également.

Du curatif au préventif
« Les maladies bucco-dentaires ont dépassé toutes les autres maladies non transmissibles en termes de prévalence mondiale, et pour la majorité des gens, les maladies des gencives et les caries dentaires sont totalement évitables », souligne l’EFP.

Pour l’organisation européenne, la clé réside donc dans la prévention qui nécessite un « meilleur alignement entre les politiques, la santé publique, les systèmes de paiement et la pratique clinique. Les dentistes ne peuvent à eux seuls relever le défi de l’instauration de soins préventifs et de la réduction des inégalités. »

La réponse est transdisciplinaire. Il faudrait en premier lieu, selon le livre blanc, mobiliser, sensibiliser et former à la prévention des maladies bucco-dentaires tous les professionnels de santé (médecins, pharmaciens, infirmiers, etc.) susceptibles de faire passer le message mais aussi les paramédicaux des soins dentaires (assistantes, hygiénistes).

Dans le même sens, les pouvoirs publics, le système éducatif mais aussi le monde associatif, devraient éduquer la population à la santé bucco-dentaire et offrir un soutien pratique au changement de comportement. Le privé doit également être mobilisé selon l’EFP. « L’opinion dominante sur l’impact des entreprises est largement négative et ne reconnaît pas la valeur de plusieurs entreprises qui fournissent des produits de santé buccodentaire ou des aliments sains, regrette-t-elle. S’engager dans des partenariats avec de telles sociétés pourrait être bénéfique aux efforts de promotion de la santé bucco-dentaire. »

Facteurs de risque commun
Autre piste, testée en France notamment, le passage à un modèle de rémunération des dentistes essentiellement axé sur la prévention. « Les traitements curatifs dentaires sont coûteux et souvent dispensés par le secteur privé dans de nombreux pays. Une énorme opportunité en matière de soins préventifs, qui réduirait considérablement le fardeau sanitaire et économique des maladies bucco-dentaires, reste inexploitée, estime l’EFP. Une stratégie de mise à niveau des soins préventifs peut accroître les gains réalisés au sein des populations les plus démunies et réduire l’écart en matière d’accès aux soins et de résultats. »

Enfin, l’EFP plaide pour « approche fondée sur les facteurs de risque communs ». Objectif : aborder la santé bucco-dentaire simultanément et efficacement avec d’autres MNT puisque les facteurs de risque courants tels que l’alimentation, le tabac et la consommation d’alcool sont les mêmes. « Même si près de la moitié de la population mondiale souffre d’une maladie bucco-dentaire, la santé buccodentaire continue de souffrir d’un manque de priorité politique. Il faut que cela change », insiste l’EFP.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Tuberculose : rebond des cas déclarés

Après trois années de baisse, consécutives « aux mesures sanitaires et sociales mises en place afin de limiter la diffusion de...
Santé publique

Recrudescence des cas de rougeole en France et en Europe : surveillance accrue avant les JO

Au cours de l’année 2023, 117 cas de rougeole, dont 31 importés, ont été déclarés en France soit une multiplication...
Santé publique

Covid : porter attention aux immunodéprimés

Alors que pour la moitié des Français, le Covid-19 est devenu une maladie bénigne (51 %) et que pour 45 % d’entre...
Santé publique

Sport et santé orale : l’UFSBD fait le point

En cette année olympique, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé bucco-dentaire du 20 mars, l’UFSBD attire l’attention « sur le rôle...
Santé publique

Lutte contre le sida : le message aux professionnels de santé

« Alors que nous célébrons cette année les 40 ans de la découverte du virus du VIH/sida, les progrès en matière...
Santé publique

Le MEOPA, nouvel antidépresseur ?

Le protoxyde d’azote pourrait trans­former la façon de traiter la dépression, notamment pour certains patients résistants aux anti­dépresseurs usuels », indique...