Comment expliquer les écarts de dépenses de santé par patient entre les départements ?

  • Publié le .
Information dentaire

En 2018, année choisie par la Drees pour répondre à cette question, alors que les dépenses de santé s’élèvent à 2 750 euros en moyenne par patient elles varient de 2 290 euros en Loire-Atlantique à 3 550 euros en Haute-Corse.

Plus globalement, toujours la même année, les dépenses moyennes les plus élevées se situent dans les départements ruraux du centre et du nord-est ainsi qu’en Provence-Alpes-Côte d’Azur, en Martinique et en Guadeloupe, alors que les plus faibles se trouvent dans le quart nord-ouest de la France métropolitaine, en Rhône-Alpes, et en Île-de-France.

« Ces différences s’expliquent d’abord par les structures démographiques de chaque département, la demande de soins étant fortement corrélée à l’âge (l’avancée en âge augmente le recours aux soins, ndlr) et notablement au sexe (recours plus important chez les femmes entre 20 et 50 ans, ndlr), analyse le service statistiques du ministère de la Santé dans une note publiée le 5 mai. Une fois corrigées de ces facteurs démographiques, les dépenses des départements ruraux du centre de la France métropolitaine se rapprochent de la moyenne nationale »..

Les écarts de dépenses qui demeurent après cette correction reflètent principalement des disparités de revenus entre les départements. Les dépenses de santé sont en effet plus élevées dans ceux où le taux de pauvreté est le plus important.

« Les patients les plus précaires sont susceptibles d’avoir davantage besoin de soins, même s’ils sont également les plus concernés par le renoncement aux soins », décrypte la Drees. A l’inverse, les dépenses tendent à être plus importantes dans les départements où le niveau de vie des plus aisés est le plus élevé : le renoncement aux soins diminue tandis que l’on constate une « propension à payer pour de meilleurs délais ou un choix plus sélectif de professionnels, via des dépassements d’honoraires. »

L’accessibilité de l’offre de soins contribue également « significativement » aux écarts de dépenses. « Ainsi, dans certains départements du pourtour méditerranéen, le niveau élevé de dépenses est lié à une densité médicale importante, tandis que le niveau de dépenses est plus faible dans l’ouest de la France, où la densité médicale est plus limitée ».

Enfin, les modulations géographiques des tarifs réglementaires des séjours hospitaliers dans certains départements (DOM, Ile-de-France et Corse) peuvent aussi contribuer aux disparités de dépenses. « Dans les DOM en particulier, elles pourraient à elles seules, par leur ordre de grandeur, expliquer le surcroît de dépenses de santé observé », selon la Drees.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

81,5 ans : l’espérance de vie en Europe

Selon les statistiques publiées par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, en 2023, l’espérance de vie à la naissance dans l’Union est...
Santé publique

L’OMS Europe appelle à la vaccination contre la rougeole

« Tous les pays doivent prendre des mesures immédiates afin de vacciner les personnes vulnérables, de remédier aux déficits d’immunité et d’empêcher ainsi...
Santé publique

Lutte contre les maladies non transmissibles : l’OMS s’en prend aux industriels

L’OMS Europe appelle les gouvernements des Etats du continent à contrer les stratégies des industriels qui « interférent et influent sur...
Santé publique

Violences sexuelles et sexistes : premières mesures gouvernementales pour le secteur santé

Le ministère de la Santé a présenté le 31 mai « une première série de mesures concrètes » pour prévenir...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Risques sanitaires des JO 2024 vus par l’infectiologue : tout est prévu, sauf l’imprévisible ?

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) du 26 juillet au 8 septembre 2024 en France, premiers jeux de l’ère post-Covid, provoquera...
Santé publique

Bonne tenue globale de la vaccination en 2023

L’adhésion et le recours à la vaccination sont en hausse en France, constate Santé publique France (SPF) à l’occasion de...