comparaison de la vitesse de croissance staturale aux différents stades de maturation des vertèbres cervicales

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°5 - 15 décembre 2018 (page 20)
Information dentaire
Il existe une forte corrélation entre le stade de maturation des vertèbres cervicales (CVM) et la vitesse de croissance staturale.
La connaissance du moment et de la quantité de croissance de nos patients est essentielle pour le diagnostic, la planification du traitement, le résultat et la stabilité globale des thérapeutiques. En fonction du stade de développement et de la vitesse de croissance attendue pour un patient, différentes modalités de traitement peuvent être envisagées, en particulier chez les patients présentant des anomalies squelettiques ou des édentements/agénésies. L’observation de la maturation vertébrale cervicale (CVM) décrite par Baccetti, Franchi et McNamara est une méthode fiable, alternative aux radiographies main-poignet, qui n’entraîne pas d’irradiation supplémentaire pour les patients en cours de traitement orthodontique. Cependant, bien que de nombreuses études se soient penchées sur la validité de cet indice, toutes ont utilisé des échantillons historiques ou ont été rétrospectives.
L’objectif de cette étude menée en Angleterre (Liverpool) était de déterminer, de manière prospective, s’il existe une corrélation entre le stade CVM et la vitesse de croissance staturale de l’enfant. Cent-huit patients d’âge moyen initial 13,9 ans (10,16 – 18,56) ont été mesurés à chaque visite (toutes les six semaines) durant toute la durée de leur traitement orthodontique. La vitesse de croissance staturale annualisée moyenne (MAGV) en a été calculée pour chaque patient. La MAGV était de 4,5 cm/an aux stades 1-2, 9,4 cm/an au stade 3, 5 cm/an au stade 4 puis 1,6 cm/an aux stades 5-6.
Ces résultats confirment que la croissance staturale est la plus importante au stade CVM 3 et qu’elle chute de manière significative aux stades 5 et 6. L’âge moyen au stade CVM 3 était de 12,4 ans chez les filles et 13,6 ans chez les garçons, confirmant un pic de croissance plus précoce chez la fille que chez le garçon. Enfin, au stade CVM 3, la quantité de croissance maximale était plus importante chez le garçon que chez la fille, avec des moyennes de pics à respectivement 10,4 cm/an et 7,5 cm/an.

Les résultats de cette étude montrent donc une forte corrélation entre le stade CVM et la vitesse de croissance staturale. Il reste maintenant à déterminer la relation entre la croissance staturale et la croissance des structures cranio-faciales, ce que feront les auteurs dans la suite de ce travail.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...