Comparaison des traitements du lichen plan buccal

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Commission scientifique et de la recherche

Le lichen plan buccal (LPB) est une pathologie chronique inflammatoire fréquemment rencontrée chez nos patients. Cet article propose une revue de la littérature internationale, entre janvier 1990 et décembre 2014. L’objectif est d’offrir une synthèse sur les différents traitements existant du lichen plan buccal.

Différentes bases de données ont été analysées : Cochrane Oral Health Group Trials Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), Medline, Embase, Journal of Oral Surgery Oral Medicine Oral Pathology Oral Radiology, Oral Diseases, Journal of Oral Pathology and Medicine, The American Journal of the Medical Sciences, Journal of American Academy of Dermatology, International Journal of Oral & Maxillofacial Surgery, et British Journal of Dermatology. Seules les études contrôlées et randomisées ont été retenues. Sont inclus les cas de lichen validés histologiquement et pour lesquels aucune étiologie n’a pu être identifiée, de manière à éliminer la grande majorité des lésions lichénoïdes.

Différents paramètres sont relevés, comme la réduction de la douleur (évaluée par EVA, Echelle Visuelle Anatomique), l’état de santé global du patient, la manifestation clinique du lichen, la diminution de l’intensité et de la fréquence des poussées du LPB, la durée de la rémission après arrêt des traitements.

Un total de 220 articles a été identifié et 35 ont été retenus.

12 essais ont comparé « traitement versus placebo ». Dans 3 essais, il n’y avait pas de différence concernant l’intensité de la douleur des patients. Dans les 9 autres essais, le traitement a été plus efficace que le placebo dans le contrôle de la douleur. Différents anti-inflammatoires stéroïdiens (AINS) ont été comparés les uns aux autres. Il est difficile de conclure, car les galéniques sont elles aussi différentes. Pour certains auteurs, il n’existe pas de différence d’efficacité entre les différentes molécules testées (telles que la triamcinolone, la bétamethasone ou la dexamethasone). Les inhibiteurs de la calcineurine sont également étudiés. Le tacrolimus montre une supériorité par rapport aux corticoïdes topiques, en particuliers dans les formes érosives.

Cet article présente l’avantage de ne s’intéresser qu’aux essais randomisés et contrôlés. L’application locale de corticoïdes et celle d’inhibiteurs de la calcineurine sont les deux thérapeutiques les plus fréquentes dans le traitement du LPB symptomatique. Il est difficile de montrer la supériorité de l’un par rapport à l’autre. Compte tenu des effets secondaires bien connus de ces thérapeutiques, le choix des inhibiteurs de la calcineurine ne devrait relever que de la deuxième intention, uniquement en cas de LBP résistant aux corticoïdes.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...