« Courir avec un expert ! »

Information dentaire

La Revue

L'hebdo de la médecine bucco-dentaire
44 numéros par an

Abonnez-vous

Le Dental Run Care, une course de 5 km dans Paris, organisée par Pierre Fabre Oral Care, aura lieu le 30 novembre au matin lors de l’ADF. Dans trois mois. Vous avez donc encore largement le temps de vous inscrire et… de vous entraîner ! Pour vous aider, voici les conseils de votre super coach, Ladji Doucouré, double champion du monde du 110 m haies et du relais 4 × 100 m en 2005, double champion d’Europe en salle en 2005 et 2009.

L’information Dentaire : À trois mois du Dental Run Care, quels conseils pouvez-vous donner à ceux qui voudraient relever le défi mais débutent la course à pied ?
Ladji Doucouré : D’abord, commencer par bien s’équiper. C’est capital pour éviter les blessures « extra sportives » : ampoules, brûlures liées aux frottements ou mauvaises positions du pied. Comme on ne prend pas n’importe quelle brosse à dents (sourire), on trouve de bonnes chaussures, de bonnes chaussettes et des vêtements confortables. Avant de partir, on commence par quelques assouplissements. Mais pas d’étirements. Ils pourraient endommager les muscles encore froids. Après, pour les vrais débutants, mieux vaut commencer par marcher ou courir, mais alors vraiment doucement.
 
I. D : Quel rythme d’entraînement ?
L. D : Notre objectif est de 5 km. Sans courir trop vite, il faudra tenir autour de 35 minutes. Je préconise deux séances d’entraînement par semaine. Au moins une fois dans le week-end, ce sera la sortie la plus longue. Et puis une autre, au milieu de la semaine, le mardi ou le mercredi, pour casser le rythme du boulot. Commencez par 20 minutes. Si vous pouvez aller plus loin, tant mieux. Trouvez le rythme qui vous correspond. Le but n’est pas de souffrir. Si c’est le cas, on regrette sa sortie et on n’y revient plus. Soyons clair : on prend rarement du plaisir au début. Le vrai plaisir est surtout à la fin quand ça s’arrête et qu’on est content de l’avoir fait, que les endorphines font leur effet. J’ai couru, un, deux kilomètres, j’ai passé une heure dans une salle de sport, c’est une victoire !
 
I. D : L’année dernière, quelques participants comptaient un ou plusieurs marathons à leur actif. Que pouvez-vous donner comme conseils aux plus aguerris ?
L. D. : Ceux-là voudront certainement améliorer leur vitesse ou leur endurance. Ces coureurs réguliers se connaissent bien et sont bien renseignés, les conseils « tous prêts » ne leur suffiront pas. En fait, pour savoir dans quel secteur ils peuvent encore progresser, c’est en les observant lors de la course que je pourrais leur prodiguer des conseils personnalisés. Ainsi au niveau des jambes, par exemple, voir s’ils perdent un peu de vitesse sur la butée, c’est-à-dire le retour de la jambe. C’est aussi examiner la position de leur bras…
Cette analyse beaucoup plus pointue, personnalisée se fera ainsi en direct lors de la course. Ils pourront ainsi mettre en application immédiatement mes conseils : « tu es trop en cycle arrière essaie de lever les genoux », « repositionne ton bassin », « remet tes coudes dans l’axe », « sois en pied ».

Je suis impatient de transmettre mon savoir. Je vous donne rendez-vous le 30 novembre 2018.

Laisser un commentaire