Covid-19 : l’Union Dentaire propose d’adapter le protocole de soins aux situations épidémiologiques locales

  • Publié le .

Taux de positivité pendant la semaine du 19 au 25 juin

Information dentaire

« L’Union Dentaire vous demande, et vous appuiera, dans tout allègement des protocoles de soins en concordance avec l’évolution de l’épidémie en France », écrit le syndicat le 6 juillet dans une lettre ouverte adressée au président du Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes, Serge Fournier. L’UD souhaite un allègement des protocoles avec des solutions adaptées à l’évolution de la situation épidémiologique dans les territoires (départements ou villes).

« Il ne s’agit pas de dire que nous ne voulons plus porter de masques FFP2 ou de surblouses, il s’agit d’adapter le protocole aux situations locales, explique Pierre Schimdt, secrétaire général adjoint de l’Union Dentaire. Là où subsistent des cas ou des clusters, il pourrait être maintenu, ailleurs, où par exemple aucun malade ne s’est déclaré depuis un mois, il serait allégé, et remis en place en cas d’évolution défavorable. Le mécanisme serait calqué sur le principe adopté lors de la levée du confinement avec des zones rouges, oranges et vertes. Au fond, nous voulons de la souplesse et de l’évolutivité. Mais ce n’est pas à nous, syndicat d’édicter les critères de mesure des risques. Nous demandons donc à l’Ordre de bouger. C’est lui qui est décisionnaire sur ce sujet. A ne rien faire, le risque est de voir les confrères, lassés de la situation, alléger eux mêmes le protocole et peut-être se mettre en danger ».

Le syndicat demande également à l’Ordre d’organiser un dépistage sérologique généralisé des chirurgiens-dentistes et de leurs équipes afin d’avoir une enquête valable pour tout le territoire. « Dans un processus d’allègement du protocole ce critère nous semble capital, reprend Pierre Schimdt. Combien de praticiens ont contracté la Covid ? Où exercent-ils ? Cette étude sérologique permettra de faire la lumière sur la réalité de la contamination au sein des professionnels dentaires. Il permettra aussi d’évaluer le risque réel de la pratique dentaire, pour nous comme pour les patients. Des études menées à l’étranger révèlent que notre profession est finalement l’une des moins touchées par le virus, contrairement à ce que certains veulent laisser croire. »

Depuis le 26 juin, sur simple présentation de leur carte CPS, les professionnels de santé peuvent bénéficier, à leur demande, sans prescription, dans le laboratoire de biologie médicale de leur choix et gratuitement (prise en charge de l’assurance maladie), d’examens de détection du génome du SARS-CoV-2 (écouvillon) ou d’examens de recherche des anticorps (sérologie) ou de ces deux examens. Il en va de même pour les assistantes dentaires qui devront présenter leur attestation de l’ARS portant leur numéro d’inscription ADELI.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

COVID-19

« Patient zéro » ou « cas contact » : peut-on continuer à travailler ? La FSDL demande à la DGS de « clarifier » la situation

Devenus « patient zéro » ou « cas contact » dans la sphère privée ou professionnelle, les membres du cabinet dentaire...
COVID-19

Covid-19 : quel impact de la pandémie sur la vie professionnelle et personnelle des membres de la profession ?

Le CHU de Clermont-Ferrand, en association avec d’autres centres hospitaliers internationaux et de multiples institutions de recherche comme l’Insern et...
COVID-19

COVID-19 : la DGS recommande, dans certains cas, un dépistage aux professionnels de santé

Compte tenu de la situation épidémiologique liée à la COVID-19 en « évolution rapide avec une augmentation de nombreux indicateurs...
COVID-19

Crise sanitaire : les complémentaires santé seront taxées à hauteur de 1,5 milliard d’euros

Cabinets dentaires fermés, consultations médicales annulées… avec l’effondrement du recours aux soins pendant le confinement, les complémentaires santé ont réalisé...
COVID-19

L’assurance maladie met en garde contre de possibles arnaques au dispositif « Contact Covid »

L’assurance maladie met en garde contre des « escrocs » qui pourraient utiliser le dispositif « Contact Covid » pour essayer « d’arnaquer des assurés »....
COVID-19

Covid-19 : depuis la reprise, un praticien sur deux estime rencontrer des difficultés à exercer

Comment les chirurgiens-dentistes ont-ils vécu, professionnellement, le confinement ? C’est ce qu’a voulu savoir l’Union Dentaire en lançant une enquête dans...