Covid-19 : malgré la pandémie, les Français maintiennent leurs habitudes d’hygiène bucco-dentaire selon un sondage

  • Publié le .
Information dentaire

Alors que les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur la santé bucco-dentaire de la population mondiale est qualifiée de « désastre » par la Fédération dentaire internationale (FDI) (👉 https://bit.ly/38Q41RK), la pandémie ne semble pas avoir eu d’impact sur les pratiques d’hygiène bucco-dentaire des Français, selon une étude IPSOS pour GlaxoSmithKline (GSK) publiée le 18 mars (*). Au contraire…

« En France, plus qu’ailleurs en Europe, les pratiques quotidiennes se maintiennent voire s’améliorent », souligne le laboratoire. Ainsi, neuf Français sur dix (89 %) déclarent avoir maintenu leurs habitudes de brossage quotidiennes depuis le début de la pandémie, 8 % assurent  se brosser les dents plus fréquemment, principalement « par volonté de compenser un sentiment de mauvaise haleine lié au port du masque » et 12 % disent renouveler leur brosse à dents plus fréquemment qu’avant la crise sanitaire.

Concernant leur alimentation, là aussi les Français semblent n’avoir pas pris de mauvaises habitudes pendant la pandémie : seulement 12 % déclarent boire plus de thé ou de café contre 35 % des Anglais et 22 % des Espagnols. 10 % admettent consommer plus de snacks contre 30 % des Anglais et 20 % des Espagnols tandis que 8 % reconnaissent consommer plus de sucreries ou confiseries contre 22 % des Anglais et 13 % des Allemands. Trop beau pour être vrai ? En tout cas, on serait presque tenté de dire « vive la crise sanitaire » !

Plus inquiétante en revanche, est l’appréhension éprouvée par les Français à la perspective d’une visite chez le dentiste, par crainte notamment de la contamination. Si 61 % des Français prévoient de se rendre chez leur praticien dans les 6 prochains mois, 35 % d’entre eux sont « inquiets » à cette perspective, 17 % étant même « très ou extrêmement inquiets ». Un tiers de ces personnes inquiètes (33 %) craignent d’être contaminés par les instruments dentaires utilisés pour les soins et 24 % redoutent ne pas pouvoir respecter les distances sanitaires dans la salle d’attente. Enfin, 14 % rendent moins visite à leur dentiste qu’avant la crise sanitaire.

(*) Enquête réalisée en ligne entre le 17 et le 26 février 2021 auprès de 2 500 personnes dans cinq pays européens (France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne et Russie). Dans chaque pays, un panel représentatif de 500 personnes âgées de plus de 18 ans a été interrogé.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

COVID-19

Covid-19 : enquête de séroprévalence chez les chirurgiens-dentistes

Le réseau ReCOL (Recherche Clinique en Odontologie Libérale) vous invite à participer à l’étude « COVID-SéroPRIM », pilotée par l’INSERM...
COVID-19

Covid-19 : lors du 1er confinement, dentistes et assistants n’ont pas été plus exposés que les Français en général

Lors du premier confinement, pour évaluer l’impact de la pandémie au sein de la profession dentaire, une enquête en ligne...
COVID-19

Covid-19 : les chirurgiens-dentistes sont autorisés à vacciner

Un décret publié au Journal officiel du 27 mars entérine la possibilité offerte aux chirurgiens-dentistes de prescrire et d’administrer les...
COVID-19

Covid-19 : la FDI déplore les conséquences « catastrophiques » du virus sur la santé bucco-dentaire

Un « désastre ». C’est ainsi que la FDI qualifie les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur la santé...
COVID-19

Covid-19 et traitement de l’air : rien ne vaut l’aération naturelle d’autant que certains appareils s’avèrent inefficaces

Le Réseau de prévention des infections associées aux soins (Repias), institution publique, et SF2H une société œuvrant dans le domaine...
COVID-19

Covid-19 : la vaccination des professionnels de santé « doit être obligatoire », estime l’Académie de médecine

« L’hésitation vaccinale est éthiquement inacceptable chez les soignants », cingle l’Académie nationale de médecine le 9 mars. Dans un communiqué, elle recommande de...