Covid-19 : seuls 2 % des professionnels des cabinets dentaires n’ont pas repris leur activité

  • Publié le .
Information dentaire

Depuis le 11 mai, 44 % des chirurgiens-dentistes et des assistantes dentaires ont repris leur activité avec des horaires identiques à ceux d’avant la crise sanitaire, 29 % avec davantage d’heures de travail et 25 % avec moins d’heures. Et finalement, contrairement à un autre sondage alarmiste du 6 mai qui envisageait la fermeture définitive de 5000 cabinets (lire 👉 https://bit.ly/2Y4nKYU), seuls 2 % des professionnels des cabinets dentaires n’ont pu reprendre une activité, selon un sondage de l’UFSBD réalisé en ligne entre le 25 et le 30 mai auprès de 3 396 professionnels des cabinets dentaires (1725 chirurgiens-dentistes et 1671 assistantes) (*).

Pour les praticiens qui n’ont pas repris, la cause principale est le manque d’EPI à 59 %, des facteurs de risque face au COVID19 à 32 % (bénéfice/risque négatif) ou des difficultés pour la garde d’enfants (23 %). Pour les assistantes dentaires, sont en cause, l’absence de matériel de protection (35 %) et la garde d’enfants (31%).

86 % des sondés, assistantes comme dentistes, ont eu une reprise plus difficile qu’ils ne l’avaient anticipée. Ils l’évaluent en moyenne à – 33 sur une échelle de valeur allant de – 50 à + 50. La prise en charge des patients au fauteuil constitue la principale difficulté des praticiens (71 %), devant le port des EPI, en particulier du masque FFP2 (57 %) et l’accueil des patients (55 %). Les assistantes évoquent un administratif pesant (gestion des plannings, temps de téléphone…), la désinfection des salles de soins et la stérilisation plus lourde.

Près de 50 % des répondants voient dans ce contexte inédit, une opportunité de changer l’organisation du cabinet et envisagent de prolonger ces mesures (répartition 50/50 entre praticiens et assistantes). A l’inverse 16 % aimeraient abandonner, au moins alléger le dispositif anti-Covid. Parmi ces derniers figurent surtout des chirurgiens-dentistes (60 %) en exercice individuel pour la plupart.

(*) 1725 chirurgiens-dentistes (56 % de femmes, 41 % entre 55 et 64 ans, 26 % entre 45 et 54 ans, 60 % en exercice individuel, 74 % accompagné d’une assistante ou aide dentaire, 90 % d’omnipraticiens et 5 % d’ODF) et 1671 assistantes dentaires (33 % entre 35 et 44 ans, 31 % entre 45 et 54 ans).

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

COVID-19

« Le masque redevient nécessaire », estime l’Académie de médecine

Alors que la huitième vague de Covid-19 se stabilise « à un niveau élevé », que l’épidémie de grippe saisonnière précoce « se précise » et que « la bronchiolite chez...
COVID-19

Covid-19 : la Commission européenne demande aux Etats membres de se préparer à une possible 8ème vague

La Commission européenne demande « instamment » aux États membres de mettre en place, ou de réactiver, les structures nécessaires à la...
COVID-19

Covid-19 : le deuxième rappel étendu aux praticiens, assistants et salariés des cabinets dentaires

Dans un message urgent du 26 juillet 2022 (n° 2022-68), la Direction générale de la santé (DGS) étend à tous...
COVID-19

L’URPS chirurgiens-dentistes Ile-de-France appelle à la vigilance face à la reprise de l’épidémie de COVID-19

« Restons vigilants. Restons mobilisés. Continuons à faire appliquer dans nos cabinets les gestes barrières. Ils sont essentiels pour limiter la...
COVID-19

Covid long pour 55 % des patients hospitalisés en Chine

Si, deux ans après leur hospitalisation, la santé physique et mentale des patients atteints du Covid-19 s’est améliorée, quelle que...
COVID-19

Alerte sur les masques FFP2 de forme KN 95

Dans un communiqué du 17 mai, l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) « ne recommande pas l’utilisation des masques...