Crise sanitaire : les délivrances d’antidiabétiques et d’antidépresseurs en hausse depuis le début de l’année

  • Publié le .
Information dentaire

Au cours des quatre premiers mois de l’année 2021, le groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare, constitué par l’Agence du médicament et la CNAM, constate une hausse « nette » de la délivrance de traitements antidiabétiques et cardiovasculaires (notamment les statines), ainsi qu’une « accentuation » de l’augmentation des délivrances de médicaments antidépresseurs, antipsychotiques, anxiolytiques et hypnotiques, déjà constatée en 2020.

Ce 6ème rapport d’Epi-Phare couvre la période du 16 mars 2020 au 25 avril 2021 et porte sur 4 milliards de lignes de prescriptions remboursées par l’assurance maladie à 51,6 millions d’assurés du régime général.

Début 2021, le nombre de traitements prescrits et délivrés d’antidiabétiques et de statines a augmenté régulièrement pour atteindre de près + 5 % fin avril par rapport à la même période en 2020. Sont particulièrement concernés des patients non traités auparavant : + 69 000 individus se sont vus prescrire des antihypertenseurs pour la première fois (+ 14,7%), des antidiabétiques (+11 %), et des statines (+24 %). « Ces augmentations marquantes peuvent notamment s’expliquer par les effets délétères sur la santé de la baisse contrainte de l’activité physique imposée par la succession des différentes mesures de restrictions », explique l’Assurance maladie, le 27 mai.

L’instauration de traitements aux anxiolytiques, hypnotiques et aux antidépresseurs ne cesse également d’augmenter depuis le début de l’année et progressent de 5 % à 13 % selon les médicaments. Sur un an, Epi-Phare observe une augmentation de + 1,9 million de délivrances d’antidépresseurs, + 440 000 délivrances d’antipsychotiques, + 3,4 millions de délivrances d’anxiolytiques et +1,4 million de délivrances d’hypnotiques. « Cette augmentation reflète, sur le plan médical, l’impact psychologique majeur de l’épidémie de Covid-19 sur la population et de ses conséquences sociales, professionnelles et économiques », indique encore l’Assurance maladie.

Autre fait marquant : la baisse spectaculaire de la prescription de l’antibiothérapie – 24,8 % en 2021 en lien avec la diminution de la circulation des virus (hors SARS-CoV-2) et autres agents infectieux consécutive à la distanciation sociale et au port du masque.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

L’excès de sel européen

Chaque jour, les maladies cardiovasculaires tuent 10 000 personnes en Europe soit plus de 4 millions par an (42,5 % des...
Santé publique

Dengue : la recrudescence de cas importés inquiète

Dans un message adressé à tous les professionnels de santé le 23 avril, la Direction générale de la santé (DGS) alerte...
Santé publique

Cancer du sein : dépistage en baisse

« Les dernières données montrent un taux de participation au programme national du dépistage du cancer du sein qui reste faible...
Santé publique

L’EFP cible la « gen Z »

La « Journée européenne de la santé gingivale », organisée le 12 mai dernier par la Fédération européenne de parodontologie (EFP), a particulièrement ciblé la...
Santé publique

Éduquer à la prévention en santé

Dans un rapport publié fin mars, l’Académie nationale de médecine, face « aux valeurs médiocres de certains indicateurs comme l’espérance de...
Santé publique

Alcool, cigarette électronique, cannabis : les ados en danger selon l’OMS/Europe

L’alcool est la substance psychoactive la plus couramment consommée par les adolescents (10-20 ans), tandis que les cigarettes électroniques sont...