Dental Run care : « Se faire mal pour l’autre, s’entraider, s’encourager »

Information dentaire

La Revue

L'hebdo de la médecine bucco-dentaire
44 numéros par an

Abonnez-vous

Arrière du Castres Olympique, dernière équipe vainqueur du TOP 14, le championnat de France de rugby, Julien Dumora, nous livre son regard de sportif de haut-niveau et de rugbyman sur le Dental Run Care.

ID : Quelles sont les valeurs du rugby dont les participants pourraient s’inspirer le jour de la course pour boucler le parcours du Dental Run Care ?
Julien Dumora : C’est un running solidaire qui pourra se courir en équipe. Justement, la solidarité et le collectif sont les valeurs cardinales du rugby. Pour finir ensemble, surtout quand certains auront un coup de moins bien, il faudra s’attendre, se faire mal pour l’autre, s’entraider, s’encourager. C’est comme ça que naît la cohésion, l’esprit d’équipe. Au rugby on apprend vite que pour gagner, le collectif passe avant les individus. Nous devenons des « frères de combat ». On peut ne pas s’entendre forcément très bien dans la vie de tous les jours mais s’unir une fois sur le terrain pour atteindre notre but.

ID : La course à pied, c’est votre truc ? Les rugbymen en général n’en sont pas très friands…
J. D. : Nos entraînements quotidiens ne comprennent quasiment pas de séances de course à pied. Nous travaillons le foncier avec d’autres exercices, toujours avec le ballon. Du coup, je ne cours pas souvent mais j’aime ça. Je pratique lorsque nous avons des coupures dans le championnat, pendant mes vacances, moins pour m’entretenir d’ailleurs que pour la promenade et m’aérer la tête.

ID : Les dents et le rugby c’est toute une histoire… Les vôtres ont-elles soufferts ?
J. D. : Non, je suis passé à travers les gouttes. Sans doute parce que j’ai toujours porté un protège-dents. Il n’est pas obligatoire, mais la plupart des joueurs en sont équipés, notamment ceux des lignes avants qui vont le plus au contact. Ces dispositifs ont fait beaucoup de progrès. Lorsque j’ai commencé ma carrière il y avait encore de gros blocs qui empêchaient de bien respirer et surtout de parler. Aujourd’hui, ils sont très fins. On ne pense même plus qu’on le porte.

ID : Et le dentiste ? Peur panique, mauvais moment à passer, indifférence ou partie de plaisir ?
J. D. : Ce n’est pas forcément les plus costauds, les plus courageux ! Moi, je suis plutôt cool. En tout cas, je n’ai pas d’appréhension. L’équipe de Castres a un dentiste attitré. Nous avons un bilan annuel obligatoire. Après, chacun est libre d’aller voir le praticien de son choix. C’est quelque chose auquel je fais attention. Les sportifs professionnels connaissent bien maintenant l’importance d’une dentition saine et bien positionnée sur leurs performances.

ID : Le Dental Run Care est organisé par Pierre Fabre qui est aussi le sponsor de votre équipe. Que représente cette entreprise pour vous ?

J. D. : Bienveillance et soutien. Les liens vont au-delà du simple sponsoring. Le président du club est aussi le président de la Fondation Pierre Fabre. Toute l’entreprise est derrière nous et nous joueurs, en sommes proches. Nous participons à de nombreux séminaires pour partager notre expérience de sportifs professionnels et les valeurs du rugby dont s’inspire l’entreprise. Je suis au Castres Olympique depuis 5 ans et j’y suis bien ! Je viens de prolonger jusqu’en 2022 et je compte bien gagner encore d’autres titres.
Tout sur le Dental Run Care

Organisé par Pierre Fabre Oral le Dental Run Care est un footing de 5 km, dans Paris qui aura lieu le 30 novembre à 6h30, à l’ADF. Objectifs : mettre en avant la relation entre sport, santé humaine en générale et santé bucco-dentaire en particulier et soutenir l’association Handident Hauts-de-France dont la mission est de favoriser l’accès aux soins bucco-dentaires des personnes en situation de handicap. Tous les membres de la profession dentaire peuvent participer : assistantes, praticiens, étudiants, universitaires,…

La course est ouverte aux équipes.
L’équipe qui participera la plus nombreuse recevra une formation à l’accueil et aux soins des personnes handicapées.
 

Laisser un commentaire