Désocclusion canine ou fonction de groupe ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Lors d’une restauration prothétique, la question peut se poser de déterminer un schéma de désocclusion du type « guidage canin » ou « fonction de groupe », voire d’occlusion balancée. Ce choix est actuellement plus philosophique ou pratique que supporté par des données cliniques scientifiquement fondées. La présente étude est une revue de synthèse bibliographique des données existantes issues d’études cliniques comparatives ou de comportement, concernant ces deux schémas d’occlusion.
Vingt-six études ont été sélectionnées (13 de chaque catégorie). Les schémas d’occlusion les plus fréquemment étudiés étaient la désocclusion canine et la fonction de groupe.
Dans les études comparatives, les évaluations portaient sur l’activité électromyographique, le déplacement du condyle, la mastication et les mouvements mandibulaires. Les études de comportement analysaient l’impact de la restauration de l’occlusion sur la longévité, le confort du patient et les pathologies induites.
Le guidage canin était associé à une enveloppe de mouvements masticatoires plus étroite et une plus faible activité électromyographique des muscles masticateurs en serrant les dents ; la fonction de groupe était associée à une mastication plus ample et plus rapide. L’activité électromyographique était comparable entre les deux schémas lors de la mastication. Les études à long terme ne montrent pas de différence du point de vue du confort du patient ou de la longévité des restaurations.

Dans le cadre de cette étude, les auteurs concluent que, s’il existe quelques différences entre les schémas d’occlusion en relation avec l’activité parafonctionnelle et l’amplitude des mouvements masticatoires, la fonction physiologique et l’acceptation du patient sont influencées de façon minime par le schéma occlusal adopté, guidage canin ou fonction de groupe, si tant est que des études à long terme le confirment. La désocclusion canine (ou guidage canin) et la fonction de groupe sont également appropriées pour la restauration prothétique de l’occlusion et doivent être choisies en dehors d’idées philosophiques préconçues. Des principes similaires peuvent s’appliquer pour les implants.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...