Doctolib va exclure 5 700 praticiens « bien-être » de sa plateforme

  • Publié le .
Information dentaire

Le leader français de la prise de rendez-vous médical en ligne va faire le ménage. Après avoir consulté 40 acteurs du monde la Santé : conseils nationaux des Ordres de santé, syndicats de professionnels de santé, associations de patients, collectifs d’experts, Miviludes et autorités sanitaires, tout praticien ne pouvant justifier d’un numéro RPPS ou Adeli ne sera plus référencé sur la plateforme de réservation.

Fini donc la possibilité de prendre rendez-vous avec les professionnels du « bien-être » non encadrés : hypnothérapeutes, naturopathes, sophrologues, psychanalystes ou autres iridologues.

« Nous faisons le choix de la responsabilité, pour garantir aux patients une information objective et vérifiée », explique Arthur Thirion, directeur France de Doctolib le 26 octobre. Concrètement 5 700 praticiens du « bien-être » ont été informés qu’ils ne pourront plus être présents sur la plateforme d’ici à 6 mois, délai réglementaire.

Dans le cas où un professionnel de santé dûment enregistré propose également des pratiques « bien-être » ce sera aux Ordres concernés de trancher.

En aout dernier, Doctolib avait dû faire face à une vive polémique médiatique, des médecins et des patients lui reprochant de référencer des professionnels non réglementés dont certains ont des pratiques controversées voire dangereuses.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Nouvelle alerte sur la consommation de protoxyde d’azote

Chez une personne qui présente de façon inexpliquée des signes d’alerte neurologiques, cardiovasculaires ou des manifestations psychiatriques, pensez à l’inhalation...
Santé publique

Grippe : campagne de vaccination prolongée

Malgré une « nette diminution des indicateurs pour la troisième semaine consécutive, la circulation des virus grippaux est toujours active et une...
Santé publique

« La bonne santé n’a rien à voir avec l’alcool », souligne une nouvelle campagne de santé publique

« N’est-ce pas un peu absurde de se souhaiter une bonne santé avec de l’alcool, alors qu’il multiplie les risques...
Santé publique

Hausse du tabagisme chez les femmes et les moins diplômés

Chez les femmes de 18 à 75 ans, la prévalence du tabagisme quotidien est passé de 20,7 % à 23...
Santé publique

Faire du vieillissement en bonne santé une priorité de santé publique

En 2050, selon l’Insee, 22,3 millions de Français (1 habitant sur 3) seront âgés de 60 ans ou plus, contre 12,6 millions...
Santé publique

Alcool : et si vous incitiez vos patients à faire une pause en janvier ?

Le #DryJanuaryFR c’est pour bientôt. Objectif de ce « Défi de Janvier » : ne pas boire une goutte d’alcool à...