EBD 1 an, dentiste traitant, fluor… Les propositions de l’UFSBD pour les « 1000 premiers jours »

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°15 - 13 avril 2022
Information dentaire

En 2019 le gouvernement lançait le chantier des « 1000 premiers jours ». Objectif : créer les conditions favorables au bon développement de l’enfant, à son bien-être et à celui de ses parents. Selon ses promoteurs, ce n’est pas un nouveau plan en soi, mais un ensemble de mesures à introduire au fil du temps dans des plans et programmes nationaux et locaux existants : stratégie nationale de santé, plan prévention, plan national santé environnement, plan de lutte contre la pauvreté, stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfance, etc…

L’UFSBD a souhaité apporter sa contribution pour « construire le parcours bucco-dentaire de la mère à l’enfant ». Après un colloque organisé sur ce thème le 29 octobre 2021, l’UFSBD partage, le 30 mars, une « feuille de route » des principales actions à mener. Et principalement :

  • Promouvoir l’EBD femmes enceintes « encore sous-utilisé, soit en raison d’idées reçues qu’il faut combattre, soit par méconnaissance » en s’appuyant sur tous les médecins, gynécologues et sages-femmes ;
  • Créer un EBD 1 an pour « favoriser la prévention dès l’apparition des premières dents, accompagner les familles, prévenir les habitudes nocives et dépister les troubles du développement de la sphère orale » ;
  • Elever la concentration en fluor des dentifrices pour enfants à 1 000 ppm pour qu’ils soient efficaces ;
  • Enrichir le carnet de santé de pages spécifiques qui préciseront « dès le plus jeune âge les conseils et examens bucco-dentaires à réaliser, avec la possibilité d’apporter des informations pour chaque année ». Actuellement, la sphère orale n’apparaît qu’à partir de 6 ans, « ce qui laisse penser qu’il ne faut pas agir avant 6 ans », estime l’Union ;
  • Instaurer le principe d’un chirurgien-dentiste traitant sur le modèle des médecins généralistes ;
  • Considérer, les brosses à dents et dentifrices fluorés comme des produits de « première nécessité » et donc baisser le taux de TVA qui s’y applique.

D’autres pistes sont évoquées comme « développer une culture de la santé orale » en informant le grand public et en formant les autres professionnels de santé ou « favoriser une alimentation saine et équilibrée ».

 

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Le SFCD plaide pour la possibilité d’organiser des « remplacements temporaires partiels »

Aujourd’hui, le remplacement du chirurgien-dentiste libéral, quelle que soit sa durée, doit correspondre à une interruption complète et effective de...
Vie de la profession

Commandez des blouses, soutenez l’AOI

Du 27 mai au 2 juin, l’entreprise Happyblouse, spécialisée dans la vente de tenue médicale, reverse 10 % du montant de chaque commande à l’AOI...
Vie de la profession

Il faut 11 jours pour obtenir un rendez-vous chez le dentiste

Le délai médian pour obtenir un rendez-vous avec un chirurgien-dentiste est de 11 jours en France métropolitaine, montre une étude...
Vie de la profession

Mission humanitaire à Madagascar : des étudiants parisiens lancent un appel aux dons

« Smile for Mada », créée par des étudiants parisiens en chirurgie dentaire, est une association à vocation humanitaire. Elle...
Vie de la profession

Les étudiants en santé veulent en finir avec la réforme PASS/LAS

81 % des étudiants en première année de médecine se disent plus stressés que jamais, 43 % ressentent un stress...
Vie de la profession

Brossage et hygiène bucco-dentaire : les recommandations de la FDI

La FDI publie le 29 avril des recommandations de bonnes pratiques concernant le brossage des dents et l’hygiène bucco-dentaire. Elle...