Édentement unitaire : implantation immédiate versus différée

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°3 - 22 janvier 2020
Information dentaire
Article analysé : Huynh-Ba G, Hoders AB, Meister DJ, Prihoda TJ, Mills MP, Mealey BL, Cochran DL. Esthetic, clinical, and radiographic outcomes of two surgical approaches for single implant in the esthetic area : 1-year results of a randomized controlled trial with parallel design. Clin Oral Implants Res 2019 ; 30 (8) : 745-59.

L’objectif de cet article est de répondre à une question classique : l’implantation immédiate est-elle un avantage par rapport à l’implantation différée (quatre à huit semaines après l’avulsion) pour les édentements unitaires. Les auteurs ont sélectionné 46 patients qui ont été traités selon l’une ou l’autre des deux méthodes. Dans cette étude, l’implantation immédiate s’accompagne d’une mise en place d’un pilier de cicatrisation classique et d’une mise en charge à deux mois et plus selon le site. L’allocation a été faite de manière randomisée.

Un an après la pose de la couronne définitive, un certain nombre de critères ont été évalués. La récession du collet et des papilles à un an comparativement à trois mois est la même quelle que soit la technique. Il en va de même pour les pink et white esthetic scores. Il est tout de même noté qu’il existe des récessions de collet plus importantes avec l’implantation immédiate. Ce détail, assez bien connu, pousse depuis quelques années à utiliser des piliers de cicatrisation individualisés reprenant la forme des dents extraites pour se préserver de l’effondrement des tissus ou de faire une mise en esthétique immédiate. Les critères concernant la bonne santé parodontale, indice de plaque, de saignement, la profondeur des poches et le remodelage osseux mésial et distal sont eux aussi identiques. Même si aucun patient ne peut comparer les deux méthodes, les indices de satisfaction sont identiques.

La conclusion de cette étude est que les deux méthodes se valent, ce qui peut s’entendre assez facilement. Il faut tout de même insister sur un point délicat à évaluer : l’expérience du praticien. Il est évident, et plusieurs études vont dans ce sens, que l’implantation immédiate est plus sensible à l’expérience. En effet, c’est une technique pour laquelle le respect des indications est strict, la mise en place de l’implant se fait à l’aveugle, sans lambeau, et dans un positionnement qui n’est pas identique à celui de la dent extraite. Cette technique peut rapidement, parce qu’elle nécessite une maîtrise plus grande que la mise en place différée, être un piège.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...