Effets de l’expansion maxillaire rapide sur les articulations temporomandibulaires : une revue systématique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 15 avril 2020
Information dentaire
Torres D, Lopes J, Magno MB, Cople Maia LC, Normando D et al. Effects of rapid maxillary expansion on temporomandibular joints: a systematic review. Angle Orthod. 2020 Feb 10 [Publié en ligne avant la version imprimée].

L’ouverture de la suture palatine médiane obtenue par expansion maxillaire rapide (EMR) s’accompagne de modifications structurales ou positionnelles dans les dimensions transversale, verticale et antéro-postérieure. Une rotation horaire du plan mandibulaire est généralement observée. Ces changements peuvent directement ou indirectement affecter d’autres structures du complexe crânio-facial, dont les articulations temporomandibulaires (ATM).
Le but de cette étude était d’évaluer l’impact de l’expansion maxillaire rapide (EMR) sur la position des condyles, les disques articulaires, l’espace articulaire et la relation interarticulaire chez les patients en croissance.

Deux évaluateurs indépendants ont interrogé de façon systématique, jusqu’en mai 2018, avec consultation d’alertes jusqu’en octobre 2019, neuf bases de données électroniques : PubMed, Scopus, Web of Science, Cochrane, Lilacs, Science Direct, OpenGrey, Google Scholar et ClinicalTrials. Ils ont identifié les articles consacrés aux effets de l’EMR sur les ATM, évalués par IRM, tomodensitométrie ou tomographie à faisceau conique. Une recherche manuelle supplémentaire a été menée pour identifier d’autres publications pertinentes. Aucune restriction de langue ou de date de publication n’a été appliquée.
Le tri des articles par titre et résumé, ainsi que par lecture du texte intégral, l’extraction des données et l’évaluation de leur qualité méthodologique ont été effectués indépendamment par les deux premiers auteurs. Les désaccords ont été résolus par une réunion de consensus et, le cas échéant, par la consultation d’un troisième auteur.

L’évaluation du risque de biais a été effectuée à l’aide de l’outil de la Collaboration Cochrane pour les études cliniques contrôlées et de l’outil d’évaluation de la qualité des études avant-après sans groupe témoin du National Heart, Lung and Blood Institute (NHLBI).
Des 4 303 études identifiées par la recherche bibliographique, seules huit répondaient aux critères d’inclusion et ont été incorporées dans l’analyse qualitative. Parmi celles-ci, deux étaient des études cliniques contrôlées avec un risque de biais incertain à élevé. Les autres études présentaient un risque de biais faible à modéré.

L’expansion maxillaire rapide chez les patients en croissance
est capable, à court terme, de modifier la relation condyle-fosse mais ne modifie pas la position ou la forme du disque articulaire.

Les résultats ont montré que l’EMR utilisée chez les enfants et les adolescents favorisait le remodelage de la tête et/ou du col du condyle, la modification de l’espace articulaire et de la position condylienne et le maintien d’une meilleure symétrie entre les condyles. Elle n’entraînait aucune modification de la position ou de la forme du disque articulaire.

Les auteurs concluent que l’EMR chez les patients en croissance est capable, à court terme, de modifier la relation condyle-fosse mais ne modifie pas la position ou la forme du disque articulaire. La symétrie de la relation intercondylienne est maintenue ou améliorée. Bien que le score NHLBI montre un risque de biais faible à modéré, la pertinence clinique des résultats de cette revue systématique est limitée, comme le montrent les scores Cochrane et Grade.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...