Efficacité de l’arc de Nance comme renfort d’ancrage

  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 15 avril 2015
Information dentaire
L’arc de Nance demeure en 2015 un excellent auxiliaire de renfort d’ancrage.

Le problème de l’ancrage est un souci majeur des orthodontistes et nécessite une bonne compréhension et anticipation des mouvements à effectuer. L’arc de Nance est un dispositif de renfort d’ancrage utilisé depuis de nombreuses années et dont l’efficacité est cliniquement reconnue. Cependant, les dernières études portant sur ce dispositif ne donnent pas de résultats probants en raison de l’absence de groupe contrôle. En effet, il est éthiquement discutable de risquer une perte d’ancrage incontrôlée.
L’objectif de cette étude est donc de quantifier la perte d’ancrage obtenue au cours d’un mouvement de fermeture d’espace à 5, 10 et 15 semaines chez le chien avec et sans dispositif de renfort d’ancrage de type arc de Nance. Le point de référence étant une minivis positionnée de façon similaire chez tous les animaux. Pour cela les auteurs ont appareillé l’arcade mandibulaire de 7 chiens (3 pour le groupe contrôle et 4 pour le groupe expérimental). Ils ont positionné des bagues sur les 2e et 4e prémolaires et mis en place un arc de Nance reliant ces dernières pour le groupe expérimental. L’espace a été fermé à l’aide d’un ressort Niti et deux minivis ont été positionnées au niveau de la première prémolaire ; l’une a servi à mesurer les mouvements dentaires totaux et l’autre, les mouvements éventuels de la première minivis.
Le déplacement dentaire total était similaire dans les deux groupes, en revanche la quantité de perte d’ancrage était inférieure dans le groupe expérimental que dans le groupe témoin. La perte d’ancrage observée dans le groupe expérimental s’est produite majoritairement durant les premières semaines d’activation alors qu’elle était continue pour le groupe contrôle ; les auteurs expliquent ce phénomène par la compression des tissus mous par la pastille acrylique du Nance.
L’arc de Nance est donc un bon dispositif de renfort d’ancrage même s’il n’est pas absolu du fait de la compression des tissus muqueux.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...