• Écrit par

Enseignements interactifs

Information dentaire

La Revue

L'hebdo de la médecine bucco-dentaire
44 numéros par an

Abonnez-vous

Cette semaine, le comité scientifique de l’ADF 2018 vous propose une revue de presse en lien avec les séances clés de chaque discipline. Votre traditionnelle revue de presse a donc choisi de se porter sur les modalités des séances proposées en vous rapportant cet article qui aborde l’intérêt des « cliqueurs » dans les enseignements cliniques interactifs. Ses auteurs y font d’abord le constat que les présentations traditionnelles, souvent monodirectionnelles et centrées sur l’enseignant, sont passives, monotones et ne répondent pas toujours aux besoins des étudiants. Les apprentissages plus actifs revêtent désormais un intérêt grandissant dans les disciplines de la santé, avec en particulier l’usage de « cliqueurs », petites télécommandes interactives permettant de répondre en temps réel à des questions directes ou des QCM. Le but de cette évolution est d’enrichir par l’interactivité les séances d’apprentissage pour les rendre plus efficaces et plus engageantes pour les étudiants.

L’objectif de l’étude irlandaise rapportée dans cet article est donc de mesurer l’effet de ces cliqueurs sur les apprentissages lors d’enseignements pluridisciplinaires en microbiologie à des étudiants en médecine de 3e année, et d’évaluer l’attitude des étudiants vis-à-vis de ces techniques lors de leurs apprentissages par rapport à des séances témoins sans cliqueurs.

Les séances reposent sur la préparation d’une présentation PowerPoint incluant des questions de type QCM ou vrai/faux auxquelles les étudiants répondent en direct à l’aide du cliqueur. Les résultats sont immédiatement présentés sous forme de graphiques et discutés par l’enseignant. Parmi les résultats de cette étude, la majorité des étudiants plébiscitent les enseignements pluridisciplinaires considérés comme plus agréables et plus intéressants que ceux centrés sur une seule discipline qui suscitent moins de réflexion, soulèvent moins facilement de problèmes concrets en lien avec la réalité de la pratique clinique forcément pluridisciplinaire.

La grande majorité des étudiants de l’étude a aussi jugé ces enseignements plus agréables avec l’emploi des cliqueurs qui leur procurent un sentiment de sécurité dans l’interaction par le caractère anonyme des réponses collectées. Ils se sentent également davantage concernés par le cours auquel ils sont plus attentifs. Il en résulte une meilleure compréhension, une plus grande motivation et un intérêt majoré pour le thème abordé.
Cependant, cette étude n’a pas montré d’effet statistiquement positif de l’emploi des cliqueurs sur la qualité des apprentissages ou de compréhension. Toutefois, leur emploi montre clairement un engagement plus important des étudiants concernés par le cours perçu comme plus agréable et une expérience d’apprentissage enrichie. D’autres technologies que les boîtiers comme des applications sur smartphone peuvent aussi enrichir les expériences d’apprentissage interactif, notamment pour des auditoires importants.
 

Question à… Christian Verner

Président scientifique du congrès ADF 2018

Comment avez-vous organisé les séances cette année pour susciter l’intérêt et l’engagement des congressistes tout au long de la semaine ?

Le programme est attractif et répond à des problématiques actuelles concrètes pour chaque omnipraticien. 473 conférenciers ont été choisis pour leur expertise dans le domaine qui les concerne, mais aussi pour leur capacité à transmettre leur savoir.
Le comité scientifique a innové sur les formats et les formes pédagogiques, en plus du concours des jeunes talents, du carrefour sociétal, de la séance événement « Gérez votre stress », des masterclasses, des flashs recherche…, les séances seront plus rythmées avec plus d’intervenants par séance et des interventions plus courtes pour capter toujours l‘attention, susciter l’intérêt, exposer différents points de vue de manière pragmatique.

 

Plusieurs séances sont pluridisciplinaires, quels en sont les objectifs scientifiques et pédagogiques ?

Beaucoup de problématiques sont trans­versales et impliquent plusieurs disci­plines, nous avons voulu décloisonner les conférences pour plus d’efficacité et d’échange entre les intervenants. Ce partage, et parfois les confrontations des idées, est aussi un cheminement très intéressant pour ceux qui assistent à l’argumentation.
Quels sont les modes d’interactivité employés dans les séances et quels en sont les objectifs recherchés ?
Chaque congressiste peut envoyer des questions en direct à l’aide de son smartphone. Dans certaines séances, les congressistes vont être sollicités directement par le président de séance ainsi que le conférencier.
Les réponses immédiates permettront de réaliser un chemin conducteur, un apprentissage étape par étape sur mesure pour les participants. Cela augmentera bien évidemment leur implication et le sentiment d’avancer ensemble.

Laisser un commentaire