Étude en trois dimensions

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°1 - 15 février 2015
Information dentaire
Les différences de morphologie cranio-faciale, telles qu’identifiées par les relations intermaxillaires dans la dimension sagittale, ne sont pas corrélées avec les variations de volume des voies aérifères supérieures.

de la relation entre les voies aérifères supérieures et la morphologie cranio-faciale. Une étude par Cone Beam (CBCT)

L’influence du mode de ventilation sur la croissance faciale et les relations entre dimensions des voies aérifères supérieures (VAS) et typologie squelettique sont des sujets d’intérêt constant en orthodontie.
Le but de cette étude était d’évaluer si la morphologie et les dimensions des VAS diffèrent entre des patients présentant des morphologies cranio-faciales variées.
L’échantillon de population était composé de 90 jeunes adultes, patients de la Postgraduate Clinic, Section of Orthodontics, Department of Dentistry, Health, Aarhus University, Denmark, sans signes manifestes de maladies respiratoires ni antécédents d’adénoïdectomie ou d’amygdalectomie. 30 patients étaient en classe I (-0.5 < ANB < 4.5), 30 autres en classe II (ANB > 4.5) et 30 en classe III (ANB < -0.5).
Des examens Cone Beam (CBCT) ont été réalisés, en décubitus dorsal, pour tous les patients. Les repères céphalométriques ont été identifiés dans les trois dimensions. Les dimensions sagittales et transversales, les sections, et les volumes partiels et totaux des VAS ont été corrélés avec les mesures céphalométriques dans les trois dimensions de l’espace. L’aire minimale de la section transversale des VAS a également été évaluée.
Les résultats n’ont mis en évidence aucune relation statistiquement significative entre les dimensions et la morphologie des VAS, et les caractéristiques squelettiques des patients.
Les auteurs concluent que les différences de morphologie cranio-faciale, telles qu’identifiées par les relations intermaxillaires dans la dimension sagittale, ne sont pas corrélées avec les variations de volume des VAS. Une relation cliniquement significative a été mise en évidence entre l’aire minimale de la section transversale et le volume total des VAS.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...