Évaluation comparative sur CBCT de l’ingression des incisives maxillaires et de la résorption radiculaire associée : arc d’ingression versus mini-implants

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°1 - 15 février 2023 (page 15)
Information dentaire
Alam F, Chauhan AK, Sharma A, Verma S, Raj Y. Comparative cone-beam computed tomographic evaluation of maxillary incisor intrusion and associated root resorption: Intrusion arch vs mini-implants. Am J Orthod Dentofacial Orthop 2023 Jan 10:S0889-5406(22)00793-4.

Contexte et objectif : Diverses publications ont mentionné que la résorption radiculaire apicale est un effet indésirable courant des traitements orthodontiques, en particulier lors de mouvements d’ingression. La tomographie volumique à faisceau conique (CBCT) se révèle être un outil de diagnostic utile pour détecter ces résorptions radiculaires apicales. Cette étude prospective visait à comparer deux techniques d’ingression du bloc incisif maxillaire et la résorption radiculaire associée par CBCT.

Matériels et méthodes : Trente patients, âgés de 16 à 23 ans, présentant une supraclusion de 6 à 8 mm et un sourire gingival, ont été divisés en deux groupes : le groupe 1 composé de 15 patients traités avec un arc d’ingression de Burstone versus le groupe 2 composé de 15 patients traités avec des mini-implants supportant deux ressorts connectés à l’arc ; tous deux recevant une force ingressive d’environ 100 g sur 4 mois. Deux CBCT ont été réalisés, à savoir avant traitement (T1) et 4 mois après (T2) afin de comparer la quantité d’ingression et la résorption radiculaire associée dans les deux groupes. Au cours de cette période d’étude, aucun traitement n’a été effectué autre que l’ingression des incisives.

Résultats : Aucun mini-implant ne s’est détaché au cours de l’étude. La quantité moyenne d’ingression sur les 4 mois d’observation n’a montré aucune différence significative entre les groupes 1 et 2 (p = 0,77). Cependant, une vestibulo-version légèrement plus importante des incisives dans le groupe 1 fut observée. Les incisives des deux groupes ont montré une réduction significative de la longueur de leur racine. Cette réduction était significativement plus importante dans le groupe mini-implant (résorption radiculaire moyenne de 1,34 ± 0,46 mm dans le groupe 1 versus 1,58 ± 0,46 mm dans le groupe 2 ; p < 0,05). L’évaluation visuelle 3D a indiqué un…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Infection à Herpes simplex et cancers têtes et cou

Les cancers de la bouche et du pharynx constituent un groupe hétérogène comprenant les cancers de la lèvre, de la...
Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Étude transversale comparative des besoins orthodontiques socio-psychologiques et des habitudes orales dans le trouble du spectre autistique

Objectif : Les enfants et les adolescents atteints de trouble du spectre autistique (TSA) ne présentent pas des caractéristiques orales spécifiques....
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Association entre estime de soi et composante esthétique du sourire chez les adolescents

Contexte et Objectif : Durant l’adolescence, l’estime de soi revêt une importance capitale dans la construction du bien-être global et de...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Impact du traitement orthodontique sur la qualité de vie liée à la santé bucco-dentaire des adolescents : une étude longitudinale

Contexte et Objectif : La période de l’adolescence est généralement tumultueuse ; plus spécifiquement, les malocclusions peuvent conduire à une faible estime...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...