Femmes, une histoire d’émancipation

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°10 - 8 mars 2023 (page 34-36)
Information dentaire
En Russie, une Journée internationale des ouvrières fut célébrée le 3 mars 1913, puis le 8 mars 1914. Le 8 mars 1917, des femmes manifestèrent à Petrograd (Saint-Pétersbourg) pour exiger « le pain et la paix ». Aujourd'hui, la Journée internationale des droits des femmes engage chaque pays à lutter contre les inégalités entre les sexes. Et elle est l’occasion de lectures, court-métrages, expositions…

Le XXe siècle féminin en photographie

Une exposition et un livre

Une noce en Sologne (Centre-Val-de-Loire), vers 1910 ; Fin mai 1917 : une scène de rue pendant les grèves à Paris au sujet de la semaine anglaise
(repos le samedi après-midi pour les employées de la mode) et contre la vie chère ; Des femmes ramoneuses, anciennement modistes, qui ont abandonné fil et aiguilles lors de la Guerre 1914-1918 (photo)… L’exposition à la galerie Roger-Viollet, à Paris, et le livre d’Agnès Grossmann sur l’Histoire photographique des femmes au XXe siècle figurent les destinées de nos ancêtres féminines qui ont vécu, aimé, enfanté, lutté avant nous. Au fil de ces clichés, leur émancipation et la conquête de leur liberté s’illustrent, jusqu’à nos jours.

Exposition à Paris (6e) jusqu’au 25 mars, entrée libre. Livre paru chez Gründ.

Good Girl

Un court-métrage cocasse et instructif

« Fabriquer une fille parfaite, c’est aussi simple qu’une recette de cuisine. » Ainsi commence Good Girl, le court-métrage de 16 min auquel Agnès Jaoui prête sa voix. Avec humour  et gravité à la fois, cette production Cinétévé, en partenariat avec l’INA, sur une initiative de La Maison des femmes de Saint-Denis et avec la collaboration du magazine Causette, revient sur cent ans de construction des mentalités des jeunes filles à travers l’éducation. Dans ces archives d’émissions de télévision, on apprend aux petites filles nées avant la Première Guerre mondiale qu’« on a beau être persuadée de sa beauté, une toilette bien choisie aide à retenir l’attention de ces messieurs ». Peu avant les années 1980, on apprend encore aux épouses le devoir conjugal inscrit dans le Code Civil. Et sur les écrans que, « si votre mari veut qu’on le prenne pour un intellectuel, ne lui ménagez pas votre admiration » !

Disponible sur…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Jean Hélion, l’abstrait dérouté par le déroulé de la vie

Droites lignes et retour de bâton Peut-on être un chantre majeur de l’abstraction dans les Années 30, proche de Mondrian, et revenir...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Ces liens que Lyon tisse au cœur du vivant

« Qu’un ami véritable est une douce chose »… La Fontaine a raison ; mais on dit aussi « qui aime bien...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Spécial Tendances – avril 2024

« On n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression… » Si le professionnalisme de l’équipe dentaire contribue pour...
À découvrir

Le dentiste faisait le Guignol

Canut comme ses parents, puis marchand forain, Laurent Mourguet, né à Lyon le 3 mars 1769, devient, à 24 ans, arracheur de dents. Le...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Copies qu’on forme

Ados et robots : demain la veille Comment les questions sur la formation de l’identité de genre, au fil de l’apprentissage...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Antoine Le Roux de La Fondée, le dernier élève-associé de Pierre Fauchard

Depuis son arrivée à Paris, Pierre Fauchard (1679-1761) habitait l’hôtel de l’Alliance, au 14 de la rue des Fossés-Saint-Germain ;...