Fils de sutures et accumulation bactérienne

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°5 - 10 février 2021
Information dentaire
Article analysé
Asher R, Chacartchi T, Tandlich M, Shapira L, Polak D. Microbial accumulation on different suture materials following oral surgery : a randomized controlled study. Clin Oral Investig 2019 ; 23 (2) : 559-65.

En chirurgie orale, les sutures permettent de favoriser l’hémostase, de protéger le site opératoire et le caillot sanguin, puis de favoriser la cicatrisation des tissus par le rapprochement de berges d’une plaie, voire sa fermeture quasi étanche par la jonction des volets d’un lambeau. Afin que cette cicatrisation se poursuive sans complications, la prévention de l’infection du site est une nécessité. Des mesures adéquates doivent ainsi être prises pour éviter tout développement bactérien à ce niveau. Or, s’ils assurent la fermeture de la plaie, les points de suture constituent également des sites favorables à l’accumulation de plaque bactérienne.

Les auteurs de l’étude rapportée se sont ainsi intéressés à l’influence du matériau constitutif du fil de suture sur la rétention bactérienne par la conduite d’une étude clinique randomisée. Quatre types de sutures 4.0 (soie, polyglactine, nylon et polyester) ont été employés et répartis au hasard sur 50 patients d’un centre de soins situé en Israël pour fermer, par des points simples, un lambeau sur une zone édentée à la suite d’une intervention d’implantologie ou de parodontologie. Consigne a été donnée aux patients de ne pas brosser la zone concernée, mais de pratiquer des bains de bouche à chlorhexidine deux fois par jour.

Déposés à 10 jours, les fils ont été placés dans un milieu de culture afin d’analyser la quantité de bactérie présente sur chaque type de fil utilisé.

Les résultats obtenus montrent que les fils de nylon présentent une quantité de bactéries adhérentes significativement plus faible que tous les autres types de sutures. Les auteurs l’expliquent notamment par la configuration du fil de nylon, monofilament, alors que tous les autres types de fil présentent une structure multibrins. Par ailleurs, ils révèlent que la prise d’antibiotiques avant et/ou après l’intervention n’affecte pas la rétention bactérienne…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...