Flot de couleur à la Fondation Vuitton

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°28 - 13 juillet 2022 (page 68-71)
Information dentaire

Aux marges des immenses toiles pliées de Simon Hantaï et en hommage à son centenaire, cinq peintres à découvrir en France mais renommés ailleurs ont retenu l’attention de Suzanne Pagé, directrice artistique de la Fondation Louis Vuitton. De générations différentes et d’horizons divers, ils partagent avec lui un rapport fortement coloré de liberté à la peinture, à l’espace, au cadre. Outre leur travail, c’est le fait même de les réunir, maintenant et dans ce lieu, qui interpelle. Parce qu’il témoigne d’un intérêt à la fois très actuel et amorcé de longue main pour une pratique alliant l’énergie du geste à la volonté de déborder les marges, à l’ambition d’occuper l’espace au-delà des conventions. Une ambition qui trouve d’autant mieux à s’éclairer en intégrant l’évolution parallèle dont résulte ce bâtiment, structurellement prédisposé à offrir de telles rencontres.

Pour une peinture qui en jette

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts des artistes, et beaucoup d’encre pour les critiques, depuis le reproche fait par Ruskin à Whistler de « jeter un pot de peinture à la face du public ». C’était en 1877 à Londres ; le peintre offensé gagne son procès mais le mot le ruine. À Paris en 1905 encore, les Fauves bravent la menace : ils essuient la même critique outrée, lancée par Camille Mauclair du Figaro qui reprend à son compte la célèbre formule. L’usage libre de la couleur, on peine à l’imaginer aujourd’hui, n’est pas alors qu’audace ou exploration hors des sentiers battus. C’est pure provocation, hors de mise et de propos. Il y a des bornes qu’on ne passe pas, de même qu’une peinture doit se limiter au cadre qui la borde, la finit et la définit en tant que tableau, malgré ces originaux d’impressionnistes qui ne marchent pas à la baguette et prétendent peindre au-delà, sur les murs ou les portes*. Ce frustrant diktat de la norme, qui a longtemps sévi, n’est pas que bas de plafond : il nie ou ignore ce que peuvent être pour certains peintres la couleur et le mouvement, aussi essentiels et impérieux que l’appel du corps pour le danseur, du son pour le musicien, de la matière pour le sculpteur, des mots pour l’écrivain, trait d’union de ceux qui dansent, chantent, modèlent ou tracent sur tout, avec tout et partout sans souci de convenance.

Dans ce concert des arts, le pupitre tenu par l’architecture a beaucoup évolué, sans qu’on le perçoive toujours. Dès la fin du XIXe siècle, on a construit des musées hauts, vastes, lumineux. S’ils pouvaient accueillir le monumental, leur esprit demeurait celui du temple élevé au nom d’une haute idée de l’art et de sa place dans l’espace social. Comme tous les édifices publics de prestige, il leur fallait les marques de la théâtralité impressionnante, grands escaliers, colonnes, larges baies, perspectives ouvertes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Impressions fortes

Plein soleil Voici 150 ans, le Soleil levant de Monet faisait une impression qui, sous la plume ambiguë du critique...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Füssli, forcément sublime

Noirs désirs C’est insidieusement que son Cauchemar frappe à la porte de l’imaginaire, avant qu’on ne prenne soudain conscience qu’il...
À découvrir

À l’ombre des mots, un roman de Patrick Taisne Nguyen

« Héroïne, une jeune écrivaine vietnamienne à succès, vit à Hô Chi Minh-Ville. Lorsque son éditrice lui présente Myriam, la responsable...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés En plongée immédiate Atelier des lumières

Un certain « Je dirais même plus » Ouvrir un album de Tintin, c’est entrer dans un univers qui ne quitte plus...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Rentrée des artistes

De l’influence de la Ville lumière sur les oiseaux migrateurs Il était une fois pour toutes Paris ; et puis… Dans...
À découvrir

Déclenchements instinctifs – La photographie est la littérature de l’œil

La photographie est la littérature de l’œil Rémy Donnadieu Rubrique imaginée par Gil Tirlet qui donne lieu à un don de...