Fréquences des extractions dans un service d’orthodontie universitaire au 21e siècle

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 15 avril 2017
Information dentaire
La fréquence des extractions orthodontiques est presque similaire aujourd’hui à celle des années 50.

Facteurs démographiques et diagnostiques affectant la probabilité d’extraction

Les objectifs de cette étude étaient de rapporter les fréquences d’extractions orthodontiques actuelles réalisées au sein d’un centre de soins universitaire et d’étudier quels facteurs liés au patient (sexe, ethnie, malocclusion, décalage squelettique) pourraient influencer la probabilité d’extraction. Une étude préalable avait déjà été menée dans le même service entre 1953 et 1993 et avait rapporté une augmentation du taux d’extractions entre 1953 et 1968 (30 % et 76 % respectivement) puis une diminution pour retrouver un taux de 28 % en 1993 similaire à celui de 1953.
 
Pour cette étude, les auteurs ont analysé les dossiers de 2184 patients traités à l’université de Caroline du Nord de 2000 à 2011. Les taux annuels globaux d’extractions orthodontiques (hors troisième molaire) et d’extractions des quatre premières prémolaires ont été calculés. Une régression logistique, ajustée pour tous les paramètres lies au patient, a été réalisée pour examiner à la fois les changements dans les fréquences des extractions au cours du temps et l’influence des paramètres individuels des patients sur les probabilités d’extractions.
Les auteurs ont observé une légère diminution linéaire de la fréquence d’extractions orthodontiques dans l’ensemble et d’extractions des quatre premières prémolaires. Le taux d’extraction global était de 37,4 % en 2000 et il est passé à un peu moins de 25 % à partir de 2006. Pour les premières prémolaires, le taux est passé de 16,5 % en 2000 à environ 12 % à partir de 2006.
 
Les facteurs individuels associés aux extractions étaient la diminution du recouvrement, l’encombrement, la classe II dentaire ou squelettique et l’origine ethnique : les patients caucasiens ayant moins d’extractions que les patients afro-américains, hispaniques ou asiatiques.
Il est ainsi intéressant de constater qu’en dépit de l’évolution des techniques et des matériaux la fréquence des extractions orthodontiques reste globalement stable dans le temps en dehors de quelques variations ponctuelles.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...