Greffes de sinus et os bovin anorganique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

La greffe osseuse du sinus est une procédure chirurgicale bien acceptée pour accroître le volume osseux de la partie postérieure du maxillaire, et qui a été bien étudiée pendant des décades. Le succès des implants placés dans de telles situations, même avec seulement des substituts osseux, a conduit les auteurs à étudier les conditions d’une perte osseuse minimale. L’objectif de cette étude était d’évaluer le taux de survie et la perte osseuse marginale autour d’implants mis en place dans des sites ayant bénéficié d’une procédure d’élévation de sinus à l’aide de greffes d’os bovin anorganique, et d’évaluer les variables chirurgicales et prothétiques du pronostic.
Cette étude prospective portait sur 55 implants placés dans 30 sinus greffés chez 24 patients. Les résultats montrent une survie des implants de 98,2 % avec un seul implant perdu après un suivi moyen de 2,0 ± 0,9 ans. La perte osseuse marginale observée variait de 0 à 2,85 mm ; 75,9 % des sites mésiaux et 83,4 % des sites distaux montraient une perte osseuse marginale inférieure à 1 mm, dont 35,2 % de sites mésiaux et 37 % de sites distaux ne montrant aucune perte osseuse. La perte osseuse était significativement plus élevée lorsque la mise en place des implants avait été réalisée avec un lambeau d’accès par rapport à l’absence d’un tel lambeau. D’autres variables étudiées comme la mise en place des implants en un ou deux temps et la hauteur des piliers prothétiques ne semblaient pas influencer le résultat de façon statistiquement significative.
Les auteurs concluent de cette étude que l’élévation de sinus à l’aide d’os bovin anorganique seul aboutit à des résultats prédictibles, compte tenu du succès observé des implants de 98,2 % ; la chirurgie sans lambeau semble aboutir à des pertes osseuses moindres que la technique classique d’accès à lambeau ouvert ; les techniques en un ou deux temps chirurgicaux n’ont pas montré de résultats différents significatifs statistiquement.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...