Grossesse et allaitement : quels analgésiques et anesthésiques ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Il a été montré que les traitements dentaires de base réalisés entre la 13e et la 21e semaine de grossesse n’ont pas de conséquences nuisibles pour la santé de la femme enceinte et du fœtus. Autant que possible, les interventions de chirurgie non indispensables seront reportées après la période d’accouchement et d’allaitement. Dans le même temps, les femmes seront encouragées à suivre un programme d’hygiène bucco-dentaire optimal.
Lorsqu’il s’agit de prescrire ou d’administrer des médicaments pendant la grossesse ou l’allaitement, la pose de l’indication est particulièrement stricte. Le paracétamol est considéré comme un médicament sûr pendant la grossesse. Dans une étude cas-témoins avec 11 610 enfants versus 4 500 témoins, l’incidence de malformations n’a pas été augmentée après la prise de paracétamol pendant le premier mois de grossesse, confirmant des études précédentes. Une prédisposition accrue à l’asthme pédiatrique après traitement maternel par paracétamol au cours du 3e trimestre de grossesse n’a pu être confirmée. Le paracétamol est considéré également comme sûr pendant la période de lactation. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont formellement contre-indiqués à partir de la 30e semaine d’aménorrhée.
Pour les anesthésiques locaux, le principe à appliquer est de préférer les substances ayant une forte liaison aux protéines plasmatiques, pour maintenir à un faible niveau l’effet systémique. On préférera donc l’articaïne et la bupivacaïne à la lidocaïne, la mepivacaïne ou la prilocaïne. Comme vaso-constricteur, il est préférable d’administrer l’adrénaline à une dilution élevée (par exemple 1 : 200 000).
En conclusion, les soins non indispensables seront reportés après la grossesse et la lactation. Pendant cette période, le paracétamol et l’articaïne avec adrénaline au 1 : 200 000 peuvent être utilisés avec le maximum de sécurité.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...