Il faut environ un mois pour obtenir un rendez-vous chez le dentiste

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire
Il faut en moyenne environ un mois pour obtenir un rendez-vous chez le dentiste, mais une demande sur deux aboutit en 17 jours, montre une enquête publiée le 9 octobre réalisée par la Drees auprès de 21 700 personnes (dont 3 534 demandes de rendez-vous auprès d’un cabinet dentaire).
En comparaison, il faut 6 jours en moyenne chez le médecin, délai le plus court parmi les professionnels de santé. Car dans certaines spécialités médicales, les délais d’attente moyens sont parfois de plus de deux mois ! Il faut ainsi 80 jours en ophtalmologie, 61 jours en dermatologie, 50 jours chez le cardiologue, un mois et demi chez le gynécologue et le rhumatologue ou encore 3 semaines chez le pédiatre et le radiologue.
Attention, il s’agit de moyennes qui masquent d’importantes disparités liées au motif de l’appel et à la situation géographique des patients. Ainsi, chez le dentiste, le « délai médian est de 8 jours en cas d’apparition ou d’aggravation des symptômes » selon l’étude, contre 24 jours pour un autre motif comme un contrôle périodique. De la même manière, le délai est de 21 jours pour des patients résidant dans les communes situées en zones sous-dotées et d’à peine 15 jours dans les zones à l’accessibilité plus forte.
Des délais relativement longs, mais sans comparaison avec certains spécialistes comme les ophtalmologistes. « Alors que le délai médian d’obtention est de 29 jours dans l’unité urbaine de Paris, bien dotée en ophtalmologistes, il est de 76 jours dans les communes des grands pôles ruraux et de 97 jours dans les communes des petits et moyens pôles, lesquelles sont parmi les moins bien dotées », souligne la Drees.
Malgré tout, dans 80 % des rendez-vous étudiés par l’enquête, les délais d’attente sont jugés « rapides ou corrects » par les Français. Et heureusement, 90 % des contacts aboutissent à un rendez-vous. Lorsque les demandes n’ont pas abouti (le praticien est injoignable, absent, ne prend plus de rendez-vous ou n’a plus de créneaux horaires possibles pour le patient), les Français cherchent avant tout à contacter un autre professionnel de santé, mais un tiers renoncent à leur demande et seulement 3 % se reportent vers les urgences hospitalières.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Risques sanitaires des JO 2024 vus par l’infectiologue : tout est prévu, sauf l’imprévisible ?

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) du 26 juillet au 8 septembre 2024 en France, premiers jeux de l’ère post-Covid, provoquera...
Santé publique

Bonne tenue globale de la vaccination en 2023

L’adhésion et le recours à la vaccination sont en hausse en France, constate Santé publique France (SPF) à l’occasion de...
Santé publique

Journée mondiale sans tabac : « Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac »

« Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac », sera le thème de la « Journée mondiale sans tabac » du 31...
Santé publique

L’excès de sel européen

Chaque jour, les maladies cardiovasculaires tuent 10 000 personnes en Europe soit plus de 4 millions par an (42,5 % des...
Santé publique

Dengue : la recrudescence de cas importés inquiète

Dans un message adressé à tous les professionnels de santé le 23 avril, la Direction générale de la santé (DGS) alerte...
Santé publique

Cancer du sein : dépistage en baisse

« Les dernières données montrent un taux de participation au programme national du dépistage du cancer du sein qui reste faible...