Impact du niveau d’activité physique sur la perception de la douleur d’origine orthodontique et la consommation d’antalgiques chez les adolescents

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°5 - 15 décembre 2015
Information dentaire
L’activité physique soutenue abaisse significativement la perception de la douleur d’étiologie orthodontique et la consommation d’antalgiques, chez les adolescents.

Outre ses bénéfices variés sur la santé, une activité physique régulière semble pouvoir induire une hypoalgésie physiologique et avoir un impact favorable sur la santé mentale. Les données publiées semblent indiquer que l’activité physique peut élever le seuil de la douleur dentaire et ainsi réduire la consommation d’antalgiques.

Cette étude longitudinale avait pour objectif d’évaluer l’impact du niveau habituel d’activité physique sur la perception de la douleur d’origine orthodontique et la consommation d’antalgiques après l’insertion de séparateurs chez des adolescents.

150 participants (d’âge moyen 14,5 ans avec un écart-type de 1,7 ; 77 garçons, 73 filles) ont été engagés dans l’étude. Un questionnaire a été utilisé pour évaluer leur niveau d’activité physique habituel. Après qu’ils aient rempli le questionnaire, des séparateurs ont été insérés au niveau des faces mésiales et distales des premières molaires maxillaires et mandibulaires. La douleur a été évaluée sur une échelle visuelle analogique de 100 mm.
La consommation d’antalgiques a été enregistrée en mode binaire (oui/non). Les deux types de résultats ont été évalués à un temps de départ puis à sept temps de suivi (l’heure du coucher des jours 1 à 7). Les données longitudinales ont été interprétées au moyen d’un modèle d’analyse multiniveaux à effets mixtes.
Les données de 137 des 150 participants à l’étude ont été incluses dans l’analyse (d’âge moyen
14,4 ans avec un écart-type de 1,7 ; 72 garçons,
65 filles). Comparativement au groupe à faible activité physique (84 participants ; 61.3 %), le groupe pratiquant une activité physique soutenue (53 participants ; 38.7 %) a fait état d’un ressenti douloureux significativement moindre (valeur moyenne 8.958 ; P50.0114 ; intervalle de confiance de 95 %, 15.868 à 2.049) et a moins consommé d’antalgiques (rapports de cotes 0.443 ; P.0318 ; intervalle de confiance de 95 %, 0.199 à 0.786) durant le temps de l’étude.

Les auteurs concluent
que l’activité physique influe significativement sur la perception de la douleur d’étiologie orthodontique et la consommation d’antalgiques chez les adolescents. Des travaux de recherche complémentaires s’avèrent nécessaires pour préciser les liens entre activité physique et douleur d’origine orthodontique.

On peut donc utilement recommander la pratique d’une activité physique à nos patients adolescents, pour les aider à réduire leur perception douloureuse. Les filles semblent pouvoir davantage bénéficier de cette approche car leur perception douloureuse est plus importante et leur pratique physique généralement moindre.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Étude transversale comparative des besoins orthodontiques socio-psychologiques et des habitudes orales dans le trouble du spectre autistique

Objectif : Les enfants et les adolescents atteints de trouble du spectre autistique (TSA) ne présentent pas des caractéristiques orales spécifiques....
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Association entre estime de soi et composante esthétique du sourire chez les adolescents

Contexte et Objectif : Durant l’adolescence, l’estime de soi revêt une importance capitale dans la construction du bien-être global et de...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Impact du traitement orthodontique sur la qualité de vie liée à la santé bucco-dentaire des adolescents : une étude longitudinale

Contexte et Objectif : La période de l’adolescence est généralement tumultueuse ; plus spécifiquement, les malocclusions peuvent conduire à une faible estime...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Évaluation de l’état psycho-émotionnel des patients souffrant de troubles temporo-mandibulaires : une étude pilote

Objectif : L’objectif de cette étude pilote était de développer un questionnaire pour évaluer l’aspect psycho-émotionnel des patients souffrant de Dysfonctionnements...