Implants : 1 temps, 1 pilier

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

L’utilisation du pilier définitif au moment de la mise en place de l’implant a été proposée pour limiter les problèmes dus à la déconnexion-reconnexion des piliers de cicatrisation et/ou provisoires. Le but de la présente revue systématique était d’examiner les modifications des tissus durs et mous péri-implantaires, les complications biologiques et techniques et le taux d’échecs implantaires associés à l’utilisation des piliers définitifs en un seul temps.
 
Sur 1 124 références identifiées, 7 essais cliniques concernant 363 implants chez 262 patients ont été retenus. En dépit du petit nombre d’études, les données suggèrent qu’un protocole peu invasif utilisant d’emblée les piliers définitifs pourrait minimiser la perte osseuse marginale, mais il n’est pas évident que cette différence soit cliniquement appréciable par rapport à l’utilisation de piliers provisoires. Le fait de limiter le nombre de déconnexions-reconnexions des piliers provisoires ne modifie pas la différence de niveau osseux observée entre les deux techniques. Les autres paramètres, tissus mous, complications biologiques et techniques et échecs implantaires ne montrent pas de différence statistique.
 
En conclusion, les auteurs suggèrent que, dans le cadre de cette étude, la mise en place immédiate de piliers définitifs apparaît comme une option viable. Cependant, l’aspect favorable d’une moindre perte osseuse marginale avec les piliers définitifs doit être interprété avec précaution, car son intérêt clinique est encore incertain.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...