Implants : leçons apprises et encore valables

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Alors que s’annoncent les vacances pour beaucoup d’entre nous, n’est-il pas temps de faire le point sur les mois écoulés et prendre de bonnes résolutions pour la rentrée ? Le thème de cette rubrique m’est fourni par la parution, dans le Journal de Parodontologie et d’Implantologie Orale, d’un éditorial et d’un article signé et cosigné respectivement par Paul Mattout. Il cite le titre de la conférence du Professeur Ulf Lekholm donnée en 2012 à Göteborg à l’occasion du 60e anniversaire de l’ostéointégration : « Les leçons apprises et encore valables ». Avec le concept de Brånemark, l’implantologie était passée brutalement de l’empirisme à la rigueur scientifique validée par des résultats à long terme. Malheureusement, nous dit Paul Mattout, quelques années plus tard, le déferlement de pseudo-innovations, souvent sans aucune base scientifique, a abouti à un certain nombre de modifications de l’implant, de l’état de surface, de la géométrie, des protocoles chirurgicaux. Mais on a assisté aussi à des complications de plus en plus fréquentes et à des taux de succès qui chutaient de plus en plus. Paul Mattout cite aussi l’article de Tulasne et coll., paru dans le premier numéro de l’année de notre journal, dans lequel les auteurs « s’interrogeaient sur la pertinence d’utiliser des surfaces implantaires rugueuses » et se posaient des questions sur les modifications du protocole de Brånemark.
L’article qui suit l’éditorial fait état du comportement de 700 implants, tous à surface lisse (MKII et MKIII du système Brånemark) posés par le même praticien chez 136 patients selon le protocole original. Avec un recul de 5 à 16 ans, le taux d’échecs reste faible : 4,1 %. Ce taux conforte l’auteur dans son choix d’un protocole chirurgical en deux temps avec des implants lisses (à surface usinée).
Pour conclure, je me permettrai de rappeler à ceux qui cet été partiront en mer et à ceux qui, à la rentrée, feront face à d’alléchantes propositions scientifiquement infondées : ne succombez pas au chant des sirènes.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...