Implants chez les patients irradiés

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Beaucoup de cliniciens considèrent que la radiothérapie de la tête et du cou constitue un facteur de risque pour les implants dentaires, en réduisant la vascularisation et la capacité de régénération du tissu osseux. Cependant, de nombreux patients irradiés ont reçu un traitement par implant avec des succès divers. L’évaluation du risque apparaît importante. Le but de cette revue systématique était de comparer le taux de succès d’implants placés dans un tissu osseux irradié par rapport à un tissu sain.
Les recherches ont été menées sur les bases de données EMBASE, Cochrane et PubMed/Medline jusqu’à décembre 2013. Quarante études impliquant 2 200 participants et 9 231 implants ont été retenues. L’estimation de survie selon Kaplan Meier des implants placés dans un os irradié était de 84,3 % pendant la période de 0 à 192 mois, significativement moindre que celle des implants placés en zone non irradiée pour toutes les périodes analysées, mais particulièrement après 60 mois.
Il n’a pas été possible de répondre clairement à l’influence de facteurs tels que la situation au maxillaire ou à la mandibule, l’utilité d’une oxygénation hyperbare, le délai avant la mise en place des implants, la longueur des implants, leur état de surface ou leur marque.

En conclusion, cette étude montre que les implants placés dans un os irradié ont un pronostic de survie de 85 % après 16 ans de suivi, moindre que dans un tissu sain. Cependant, seul un petit nombre d’études à long terme ont pu être retenues, ce qui constitue un biais important. Compte tenu de l’amélioration de la qualité de vie des patients et de leur réhabilitation sociale, ce traitement reste favorable, mais doit être l’objet d’un suivi très strict. De nombreuses variables du protocole de traitement restent à préciser par des études randomisées et en double aveugle

NB. La lecture de l’intégralité de l’article semble indispensable pour les praticiens impliqués dans de tels traitements.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...