Implants zircone : perte osseuse

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Les implants en Titane, communément utilisés pour remplacer les dents absentes, présentent des taux de survie élevés, jusqu’à 99,7 %. Cependant les éventualités de complications infectieuses telles que mucosites et péri-implantites ne peuvent être ignorées. En comparaison les implants en Zircone (ZrO2) ont montré une faible adhérence bactérienne et un faible potentiel infectieux. Certaines études ont suggéré que des réactions immunes résultant de sensibilité ou d’allergie au titane pouvaient conduire à des complications biologiques. L’aspect gris-bleu du titane peut aussi être gênant en cas de muqueuse fine ou de récession. Cependant l’évidence de l’aptitude des implants en Zircone à maintenir l’os crestal et une bonne santé des tissus péri-implantaires n‘est pas claire.
L’objet de cette revue de synthèse était d’évaluer la perte osseuse crestale et les paramètres cliniques de l’inflammation des tissus péri-implantaires.
Treize études cliniques ont été retenues. Le suivi variait de 12 à 48 mois. Dans 8 de ces études le niveau osseux crestal était comparable entre le départ et les contrôles. Dans 5 autres études, la perte osseuse était significative. Dans les études comparatives entre implants en titane ou en zircone, la perte était plus importante pour la zircone dans deux études et comparable dans une. Les taux de survie des implants en zircone variaient de 67,6 % à 100 %. Les paramètres d’inflammation cliniques étaient peu étudiés, et par exemple seules deux études rapportaient la perte d’attache, critère important en implantologie dentaire.
En conclusion, la variation dans la conception et la méthodologie des études rend difficile un consensus concernant l’aptitude des implants en zircone à maintenir le niveau osseux crestal et la santé des tissus péri-implantaires. Les auteurs considèrent que bien que les implants en zircone puissent s’ostéointégrer et rester fonctionnellement stables, ils ne peuvent aujourd’hui être considérés pouvoir se substituer aux implants en titane du fait que de l’absence d’études randomisées, bien contrôlées.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...