Indispensables nécessaires

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 48-49)
Information dentaire
Depuis toujours, l’Humanité a eu besoin de s’occuper de ses dents.
Ce fut certainement parfois une question de survie. L’entretien s’est fait plus ou moins naturellement, avec ou sans “outils” de circonstances.

Rubrique de la SFHAD
Société Française d’Histoire de l’Art Dentaire

« Trousses, étuis et nécessaires pour l’entretien des dents » est une classification des ensembles instrumentaux utilisables, éventuellement par des non-praticiens de l’art dentaire, pour l’entretien courant et les nettoyages de bouche. Les historiens ont préféré retenir, à l’instar des amateurs, le terme élégant de « nécessaires à dents ».
Selon les époques, ces ensembles étaient détenus par des médecins, des barbiers, des chirurgiens, des dentistes comme des « outils » complémentaires, ou même simplement par des particuliers. Certains coffrets plus complets ont sans doute été utilisés plus spécifiquement par des praticiens médicaux. Soit ces instruments faisaient partie de leur arsenal professionnel, soit ils étaient à leur disposition dans les familles en cas de nécessité.
Du XVIIe au XIXe siècle…
Il a toujours été nécessaire, parfois immédiatement, de se curer les dents, de dégager une arête de poisson, de chasser un morceau de tartre, de limer un morceau de dent fracturée. D’où l’utilité de ces ensembles instrumentaux. Les particuliers, surtout depuis le XVIIe siècle, ont souvent détenu ces outils d’hygiène élémentaire pour un minimum de confort et progressivement aussi dans un souci esthétique. Saint Simon évoque ainsi les problèmes d’odeurs et, souvent, l’haleine diabolique de ses contemporains ! À la fin du XVIIIe siècle, avec les débuts de l’usage de la brosse à dents, les habitudes d’hygiène évolueront et ces nécessaires deviendront progressivement indispensables à toute une partie de la société. Ils seront bien adoptés au XIXe siècle, comme en témoignent les nécessaires qu’il est aujourd’hui facile de dénicher dans les brocantes ou les ventes aux enchères. Car s’ils ne sont plus en usage aujourd’hui, leur charme demeure et continue de séduire.

Pour plus d’informations sur ce sujet, consulter :
www.biusante.parisdescartes.fr/sfhad
www.biusante.parisdescartes.fr/aspad

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Jean Hélion, l’abstrait dérouté par le déroulé de la vie

Droites lignes et retour de bâton Peut-on être un chantre majeur de l’abstraction dans les Années 30, proche de Mondrian, et revenir...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Ces liens que Lyon tisse au cœur du vivant

« Qu’un ami véritable est une douce chose »… La Fontaine a raison ; mais on dit aussi « qui aime bien...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Spécial Tendances – avril 2024

« On n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression… » Si le professionnalisme de l’équipe dentaire contribue pour...
À découvrir

Le dentiste faisait le Guignol

Canut comme ses parents, puis marchand forain, Laurent Mourguet, né à Lyon le 3 mars 1769, devient, à 24 ans, arracheur de dents. Le...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Copies qu’on forme

Ados et robots : demain la veille Comment les questions sur la formation de l’identité de genre, au fil de l’apprentissage...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Antoine Le Roux de La Fondée, le dernier élève-associé de Pierre Fauchard

Depuis son arrivée à Paris, Pierre Fauchard (1679-1761) habitait l’hôtel de l’Alliance, au 14 de la rue des Fossés-Saint-Germain ;...