Janvier sobre : et pourquoi pas en 2022 ?

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°44 - 15 décembre 2021
Information dentaire

Le #DryJanuaryFR est de retour. Le Défi de Janvier, c’est ultra-simple : ne pas boire une goutte d’alcool à partir de votre heure de lever le 1er janvier jusqu’au 31 janvier minuit. L’intérêt ? Donner un répit à son corps après des fêtes de fin d’année souvent très arrosées, mais surtout mesurer son rapport à l’alcool, repérer notamment ces verres qui ne correspondent pas à un choix délibéré mais plutôt à une routine…

Ce défi est lancé pour la troisième année consécutive par un collectif inter-associatif (associations d’entraide, professionnels de la prise en charge des addictions, sociétés savantes, associations pour la promotion de la santé, etc.) sur le modèle du Dry January britannique qui existe depuis 2013. « Les bénéfices sur la santé sont prouvés : perte de poids, meilleur sommeil, regain d’énergie, meilleure concentration et, à terme, une consommation d’alcool mieux maîtrisée, même chez celles et ceux qui n’ont pas réussi complètement le défi », assure le collectif. L’idée vous séduit ? Pour se motiver ou se faire aider, il est possible de s’inscrire sur le site internet de la campagne ou les réseaux sociaux pour recevoir des e-mails avec des recettes de cocktails sans alcool, des trucs et astuces pour trouver des alternatives à la boisson, des conseils, les lieux où trouver du soutien et de l’aide.

Rappelons que l’alcool est responsable de plus de 40 000 décès chaque année en France. Il engendre de nombreuses pathologies : arythmie cardiaque, AVC, hypertension, gastrites… Même consommé à faibles doses, il est à l’origine de multiples cancers (30 000 par an) comme celui du côlon-rectum, du foie ou du sein. La sphère oropharyngée (bouche, pharynx, larynx et l’œsophage) paye également un lourd tribut puisque presque 7 000 cancers par an sont directement liés à l’alcool.

Le coût social de l’alcool (maladies, accidents, violences, etc.) est estimé à 118 milliards d’euros par an selon l’Inserm.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Risques sanitaires des JO 2024 vus par l’infectiologue : tout est prévu, sauf l’imprévisible ?

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) du 26 juillet au 8 septembre 2024 en France, premiers jeux de l’ère post-Covid, provoquera...
Santé publique

Bonne tenue globale de la vaccination en 2023

L’adhésion et le recours à la vaccination sont en hausse en France, constate Santé publique France (SPF) à l’occasion de...
Santé publique

Journée mondiale sans tabac : « Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac »

« Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac », sera le thème de la « Journée mondiale sans tabac » du 31...
Santé publique

L’excès de sel européen

Chaque jour, les maladies cardiovasculaires tuent 10 000 personnes en Europe soit plus de 4 millions par an (42,5 % des...
Santé publique

Dengue : la recrudescence de cas importés inquiète

Dans un message adressé à tous les professionnels de santé le 23 avril, la Direction générale de la santé (DGS) alerte...
Santé publique

Cancer du sein : dépistage en baisse

« Les dernières données montrent un taux de participation au programme national du dépistage du cancer du sein qui reste faible...