L’état de santé bucco-dentaire des plus démunis ne s’améliore pas

  • Publié le .
Information dentaire

En 2019, 23 048 personnes ont été accueillies dans les 15 centres de soins et d’orientation (Caso) de Médecins du Monde (MdM) en France, selon un rapport de l’association publié le 15 octobre. Les besoins en santé constituent le principal motif de visite pour 79 % de ces personnes. Il s’agit d’une population jeune (moyenne d’âge de 32,8 ans) et majoritairement masculine (63,4 % d’hommes). Près de 98 % sont des ressortissants étrangers, principalement originaires d’Afrique subsaharienne (47,7 %), du Maghreb (24,7 %) et de l’Europe (18,7 %) dont 10,1 % de l’Union européenne. « Seules 15,3 % des personnes de 16 ans et plus exercent une activité professionnelle, non déclarée pour leur grande majorité, précise le rapport. En conséquence, leur situation financière est très précaire : 97,7 % d’entre elles déclarent vivre en dessous du seuil de pauvreté dont 48,4 % n’ont déclaré aucune ressource pour vivre ».

Médecins du Monde a réalisé 48 235 consultations de médecine générale ou spécialisée ainsi que 1 564 consultations dentaires pour 720 patients différents (2,2 consultations en moyenne par patient). Lors de ces consultations, 138 personnes de plus de 12 ans ont bénéficié d’un bilan bucco-dentaire au cours duquel l’indice CAO a été calculé. Les patients présentent en moyenne 3,9 dents cariées, 5,2 dents absentes (c’était 3,4 et 4,1 en 2016) mais aussi 1,6 dents obturée. 32,6 % des consultations dentaires ont abouti à des traitements coronaires, des extractions (18,3 %), des détartrages/hygiène (14,4 %) ainsi qu’à la pose de prothèses dentaires (13,6 %).

Pour expliquer ce recours aux soins dentaires très limité, MdM avance des raisons bien connues : remboursements partiels, démarches complexes pour renouveler sa couverture maladie, éloignement géographique des cabinets dentaire et offre limitée dans les services hospitaliers et des centres de santé. Autre raison moins souvent relevée : la honte vis-à-vis du dentiste.

« La personne peut développer un sentiment de honte en raison d’une dentition dans un état de dégradation avancée et craindre de renvoyer une image négative d’eux-mêmes, remarque aussi le rapport. Les dépenses consacrées aux soins dentaires passent bien souvent au second plan et entrent en compétition avec d’autres priorités budgétaires (alimentation, logement, etc.). Le recours aux soins dentaires devient alors motivé uniquement par la douleur et l’urgence des situations ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Du mieux sur le front de la consommation d’antibiotiques

« Si les niveaux de consommation observés en santé humaine en France demeurent 30 % au-dessus de la moyenne européenne, notre consommation...
Santé publique

Prévention de la dénutrition : le rôle majeur des chirurgiens-dentistes

« Pour prévenir la dénutrition liée à une dégradation de la santé orale, une prise en charge préventive de la santé...
Santé publique

La vaccination antivariolique

L’un des plus grands succès vaccinaux, parmi tant d’autres… Ceux qui ont gardé un souvenir vivace du vaccin antivariolique sont...
Santé publique

La stéatohépatite non alcoolique (NASH) toucherait près d’un Français sur cinq

La stéatohépatite non alcoolique, NASH en anglais (non-alcoholic steatohepatitis), plus communément appelée la maladie du soda, ou la maladie du foie...
Santé publique

Recours record aux substituts nicotiniques en 2019 : les chirurgiens-dentistes n’y sont pas pour rien

« Plus d’1 million d’assurés ont été remboursés pour des traitements nicotiniques de substitution (TNS) en 2019 : ce nombre a triplé en...
Santé publique

#MouthProud

Pour les trois prochaines années, le thème principal de la Journée mondiale de la santé bucco-dentaire, célébrée chaque année dans le monde le 20...