L’Eure-et-Loir en tête

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

15 départements ne franchissent pas la barre des 90000€ de revenus annuels moyens pour les chirurgiens-dentistes qui y exercent dont les Hautes-Alpes (79645 €), seul département sous la barre des 80000 €, la Corse (80492 € contre 76497 € en 2013), les Alpes-Maritimes (83821 € versus 84 673€) ou encore l’Aveyron (85642 €).

A l’inverse, 11 départements dépassent les 130000€ (contre 5 en 2013 !).

Au palmarès: l’Eure-et-Loire (146743 € + 4 %), les Deux-Sèvres (141102 € – 1,9 %), et la Guyanne (139338 € + 29 %).

Difficile de tirer des conclusions générales. Mais, a priori, plus le nombre de chirurgiens-dentistes pour 100000 habitants est faible, plus les revenus sont élevés, et inversement. Ainsi, l’Eure-et-Loir compte 43,1 praticiens pour 100000 habitants et les Deux-Sèvres 36,9 praticiens, et ce sont les deux départements où les revenus sont les plus élevés. Les Alpes-Maritimes, qui comptent parmi les revenus par praticien les plus faibles (83821 €), talonnent Paris pour la densité avec 111,8. Cela dit, ce ratio population/nombre d’adhérents CARCD doit être modulé, notamment par la présence ou non de spécialistes, de grandes villes, ou le profil socio-économiques des habitants. Les Hautes-Alpes sont un contre-exemple : les revenus y sont les plus faibles (79645 €) pour une densité inférieure la moyenne nationale 53,6.

Les ODF et les autres

Les chiffres livrés par la caisse de retraire ne distinguent pas les spécialités. Pourtant, « la dispersion des revenus est très importante chez les chirurgiens-dentistes, cette profession regroupant les spécialistes en orthopédie dento-faciale (ODF) aux revenus très élevés et les autres chirurgiens-dentistes », soulignait la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) dans une étude « Portraits des professionnels de santé » publiée le 12 février dernier. S’appuyant sur les revenus 2011, elle constate que « le rapport entre le revenu moyen des 10 % les mieux rémunérés et celui des 10 % les moins rémunérés s’élève à 13,0 en 2011 contre 10,7 pour les médecins ». Selon la Dress, le revenu moyen des chirurgiens-dentistes omnipraticiens était de 95390 € cette année là contre 201110 € pour les ODF.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie du cabinet

Salariés des cabinets dentaires : une prime d’ancienneté plus précoce et plus progressive

« Pour améliorer le pouvoir d’achat des salariés, continuer à valoriser leur fidélité à l’entreprise, et simplifier l’application de la prime...
Vie du cabinet

Les TPE fans de la PPV

En 2023, les entreprises ont versé 5,32 milliards d’euros via la Prime partage de la valeur (PPV, dite « prime Macron »), indiquent...
Vie du cabinet

Aspiration haut débit : utile face aux bioaérosols mais forte source d’inconforts

L’utilisation d’une aspiration haut débit au fauteuil est ressentie par les chirurgiens-dentistes et les assistant(e)s dentaires comme une protection plutôt...
Vie du cabinet

Des outils pour évaluer les risques professionnels dans les cabinets dentaires

Aménager les postes de travail, limiter la transmission des agents infectieux, prévenir les risques de chute, limiter les risques d’exposition...
Vie du cabinet

L’amortisseur électricité reconduit pour les TPE

Pour limiter les conséquences de l’augmentation des prix sur leur facture d’électricité pour l’ensemble de l’année 2024 (du 1er janvier...
Vie du cabinet

Le peu de perspectives professionnelles entache la bonne qualité de vie au travail ressentie par les salariés des cabinets dentaires

« 68 % des salariés des cabinets dentaires ont un bon ressenti de leur qualité de vie au travail »,...