L’impact de la succion non nutritive sur le risque de trouble ventilatoire du sommeil chez les enfants

  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°1 - 28 février 2018
Information dentaire
Al-Talib T, Koroluk LD, Vann WF Jr, Phillips C. The Impact of Non-nutritive Sucking on the Risk for Sleep-disordered Breathing in Children. J Dent Child. 2017 Jan 15;84:30-4.

Chez l’enfant, la prévalence estimée des troubles ventilatoires du sommeil (TRS) varie de 4 à 11 %, et celle de l’apnée obstructive du sommeil de 1 à 4 %. Il a été montré que l’allaitement maternel, pendant au moins deux mois, peut offrir une protection aux nourrissons contre les TRS. Cet effet protecteur pourrait être lié à l’impact du lait maternel sur l’immunité du nourrisson, avec une réduction du risque d’infection et d’hypertrophie adéno-amygdalienne.
 
La possibilité d’un effet protecteur de la succion non nutritive (SNN), des doigts ou d’une tétine, contre les TRS n’avait pas encore été étudiée. Les auteurs ont émis l’hypothèse que la SNN pourrait diminuer le risque de TRS chez l’enfant, en augmentant le tonus musculaire et en diminuant la collapsibilité des voies aérifères pharyngiennes.
 
Les objectifs de cette étude étaient d’étudier la relation entre la succion non nutritive et le risque de TRS chez les enfants, et d’évaluer l’effet des modes d’alimentation du nourrisson sur le risque de TRS.
Quatre-vingt quatre enfants, non syndromiques, en bonne santé et d’âge moyen 7.95±2,64 ans, ont été inclus dans l’étude. Leurs parents travaillaient comme personnel soignant dans les cliniques de l’école dentaire, la clinique d’oto-rhino-laryngologie pédiatrique et le laboratoire de neurologie du sommeil de l’Université de Caroline du Nord. Les enfants ont été répartis en deux groupes : avec un risque faible de TRS (47 %) et avec un risque élevé de TRS (53 %), en utilisant le Questionnaire sur le sommeil pédiatrique. La SNN et les pratiques d’alimentation ont été déterminées au moyen d’un questionnaire personnalisé administré aux parents, personnels soignants.
 
Il n’y avait pas de différence statistiquement significative (p = 0,21) entre les enfants à risque faible et ceux à risque élevé pour les antécédents de SNN. Une différence statistiquement significative (p < 0,001) a été observée chez les enfants allaités par rapport aux enfants nourris au biberon, l’allaitement ayant un effet protecteur sur le risque de TRS. Les enfants de sexe masculin étaient 5,5 fois plus susceptibles d’être à risque de TRS et ceux avec un antécédent d’amygdalectomie l’étaient 12,2 fois, après ajustement sur les autres variables explicatives.
Sur la base des résultats, les auteurs concluent que la SNN n’a aucun effet sur le risque de TRS, alors que l’allaitement maternel réduit considérablement ce risque.
Les enfants de sexe masculin, ceux ayant un antécédent d’amygdalectomie et ceux nourris au biberon présentent un risque plus élevé de TRS.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...