L’impact du cbct sur le coût et le choix thérapeutique pour la prise en charge des canines incluses maxillaires

  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 30 avril 2018
Information dentaire
Compte tenu de l’augmentation du coût global et de la faible différence de prise en charge, les auteurs ne recommandent pas l’indication systématique de CBCT pour le diagnostic et le traitement des canines incluses maxillaires.

Un examen radiographique par tomographie à faisceau conique (CBCT) est souvent prescrit pour la localisation des canines incluses maxillaires et la détection d’éventuelles résorptions radiculaires des dents adjacentes à la canine. Cette méthode d’imagerie est cependant associée à un coût plus élevé et implique une dose de rayonnement plus importante que les techniques d’imagerie conventionnelles comme les radiographies panoramiques, les téléradiographies, les clichés occlusaux et les rétroalvéolaires. Ces radiographies bidimensionnelles ont néanmoins des limites du fait de la superposition des structures anatomiques et de la distorsion de l’image, ce qui n’est pas le cas avec le CBCT. En ce qui concerne la prise en charge thérapeutique de ces canines maxillaires incluses, certaines études ont montré une différence en fonction des radiographies disponibles, et d’autres non.
 
Dans cette étude, les auteurs ont présenté les radiographies conventionnelles d’une part, et les CBCT d’autre part, de situations cliniques identiques à un panel de cent douze orthodontistes. Chacun d’eux devait évaluer quatre situations cliniques qui lui avaient été attribuées de manière randomisée parmi douze situations cliniques proposées. Les options thérapeutiques consistaient en des réponses fermées avec cinq propositions ; les praticiens devaient, en plus, évaluer leur confiance dans leur proposition thérapeutique.
 
Les résultats de cette étude mettent en évidence une différence de prise en charge dans 25 % des situations cliniques en moyenne (minimum 66 % et maximum 100 % de concordance), à l’exception d’un cas clinique représentant un fort encombrement avec une résorption radiculaire sur l’incisive latérale uniquement visible au CBCT qui ne faisait état que de 13 % de concordance. Le coût global des radiographies conventionnelles (panoramique et rétroalvéolaires) était estimé à 99,98 euros et celui du CBCT à 134,37 euros (l’étude a été menée en Suède).
 
Compte tenu de l’augmentation du coût global et de la faible différence de prise en charge, les auteurs ne recommandent pas l’indication systématique de CBCT pour le diagnostic et le traitement des canines incluses maxillaires.n

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...